Edito

Apprendre à créer des relations vivantes

03.02.2003 21:00 par Test

C'est toujours une épreuve douloureuse et cruciale de découvrir, au travers d'une rencontre interpellante, d'un événement imprévisible, à l'occasion d'une crise ou dans un espace inattendu de notre vie, notre maladresse et surtout notre impuissance à établir des relations vivantes, en santé et créatrices, que ce soit avec nos proches, avec ceux que nous aimons, avec nos collègues ou même nos voisins.

C'est une épreuve encore plus déstabilisante de réaliser que malgré l'amour invoqué, en dépit des bons sentiments, des intentions louables, d'une bonne dose de tolérance ou de respect, nous n'arrivons pas toujours à nous dire avec suffisamment de clarté pour nous faire entendre ou reconnaître tels que nous sommes, pour nous sentir valorisés et respectés dans notre intimité, et agir avec le sentiment que nous pouvons exercer une influence, même minime sur le déroulement des affaires de notre environnement de proximité et au-delà, du monde dans lequel nous vivons.

Bref, la sensation est toujours désagréable de constater que nos besoins relationnels les plus essentiels ne sont pas comblés et que nous sommes également aveugles et sourds aux attentes les plus vitales de ceux qui nous entourent !

Il faut à chacun d'entre nous, femme ou homme, beaucoup de courage pour accepter de nous remettre en question dans nos relations à l'autre (et à nous-même). Beaucoup de constance pour ne pas trop collaborer à entretenir les pièges les plus fréquemment rencontrés : l'accusation de l'autre, l'auto accusation ou les plaintes, les récriminations et les lamentations.

Il nous faut beaucoup de disponibilité et d'ardeur, pour nous responsabiliser après avoir accepté l'idée que nous sommes partie prenante dans tous nos échanges et partages.

Il nous faut beaucoup d'humilité aussi, pour reconnaître que nous sommes souvent des infirmes de la communication. Pourtant, c'est seulement à partir de là que nous pouvons nous donner les moyens, et ceci quel que soit notre âge, de mieux comprendre les rouages pernicieux des systèmes relationnels dans lesquels nous baignons.

Il nous faut surtout beaucoup de réalisme et sans doute un brin d'utopie pour prendre le risque de changer et d'amorcer, au-delà d'une démarche de conscientisation, un véritable ré-apprentissage de notre façon de communiquer et d'être en relation.

Communiquer signifie mettre en commun en acceptant de partager des différences, de gérer des antagonismes, de regrouper des semblances et de développer des relations non violentes, plus consensuelles, à base de confrontation plutôt que de luttes intestines, de joutes verbales assassines et d'affrontements en duel.

Mettre en commun autour du demander, du donner, du recevoir et du refuser.

Revenir

Archives à consulter

Des éco-relations à l'école et ailleurs...

L’intérêt pour l’écologie fait partie de nos priorités si nous voulons préserver notre planète.

En savoir plus...

L'écologie relationnelle : oïkos logos et écoute de l'autre

Les 9 et 10 mai dernier, s’est tenu à Paris le Vème colloque de l’Institut ESPERE qui avait pour titre L’écologie relationnelle : un défi dès aujourd’hui et pour demain. J’avais proposé pour le présenter l’argument suivant : « Voilà bientôt une...

En savoir plus...

Fidèle à soi-même jusqu’au risque de la rupture

Donner des coups de ciseaux dans le tissu de la relation. Je dédie ce petit texte à Jacques Salomé, lui pour qui la fidélité à soi est une valeur suprême. Fidélité/infidélité. Une valeur morale et son strict contraire. Opposition binaire simpliste archi connue. À peine une pensée...

En savoir plus...

Nos blessures d’enfance : T.R.A.H.I.I.I !

« Nous sommes contemporains de nos douleurs les plus anciennes. » Henry Bonnier, Journal d’une conversion, Rocher 2005 Ce petit texte, sans autre prétention que de rappeler les principales blessures d’enfance (psychiques ou morales) dont nous sommes tous porteurs. Et proposer un petit...

En savoir plus...

Avoir un choix, faute d’avoir LE choix

Ne peut plus. N’a plus part à rien quelqu’un. Quelque chose contraint quelqu’un. […] On a cédé sa place à l'ombre, par fatigue, par goût du rond.[…] On n’a plus le regard de son œil.On n’a plus la main de son bras. On n’est plus veine, on n’envie plus. On n’est plus...

En savoir plus...

L’art de conjurer l’absence

Potier, sculpteur, écrivain/écrivant ou créateur de symboles : du pareil au même. Notre 4ème colloque ESPERE a eu lieu début juin 2007 à Paris. Une « belle succession de rencontres » a écrit Jacques Salomé.

En savoir plus...

Ce que la vie m’a appris

Ce que la vie m’a appris, surtout sur le tard de ma vie, c’est qu’elle était trop courte et qu’il fallait ne pas la gaspiller ou perdre du temps avec elle, mais tenter de la vivre à pleine vie. Vivre sa vie au présent sans s’enfermer ou se paralyser dans la nostalgie du passé, sans...

En savoir plus...

Natalis (Solis Invecti)

« L’Avent (adventus) définit le temps situé en amont de la Nativité. L’avent consacre le temps de l’avant arrivant. » Pascal Quignard dans Les Paradisiaques 2004

En savoir plus...

Croire les autres sur parole : la responsabilité de notre crédulité

Nous fondons nos attitudes et nos comportements relationnels sur des postulats (pour ne pas dire des croyances) dont nous n’avons pas toujours très bien conscience. Certains d’entre eux s’imposent à nous comme des évidences, quand ils ne nous aveuglent pas. Ils ont la vie plus ou moins...

En savoir plus...