Edito

Ce que la vie m’a appris

27.01.2007 20:42 par Test

Une des plus belles leçons que la vie m’a fait découvrir c’est que je pouvais la donner (je suis le père de 5 enfants), la dynamiser en la nourrissant d’énergie et de messages positifs, l’agrandir autour de moi en offrant mes possibles et en respectant mes limites, en lui offrant du beau, en recherchant la présence d’êtres en paix avec eux mêmes, en m’entourant d’objets harmonieux, en osant découvrir que derrière toute peur il y avait un désir à entendre.

La vie m’a appris qu’elle était faite d’une succession de miracles. Je hurle quand j’entends autour de moi, des gens dire que : « la vie est difficile, qu’elle n’est pas marrante… ». Ma fille, qui est biologiste, m’a dit un jour - tu sais papa, le simple fait que je puisse te parler et que tu puisses m’écouter, suppose déjà que des milliards de connexions en toi et en moi puissent fonctionner en même temps. La vie est un miracle permanent, on devrait se mettre à genoux tous les matins pour la remercier » me disait - elle avec son enthousiasme inépuisable.

Le vie m’a appris qu’on doit la respecter, je veux dire par là qu’on ne doit pas blesser, abîmer l’une ou l’autre de ses manifestations autour de nous, de sa présence en nous.

La vie m’a appris que le propre du vivant sur cette planète, c’est qu’il secrète des déchets. Par conséquent, si une relation est vivante, aussi formidable soit elle, elle va produire des scories, des déchets qu’il faudra apprendre à ne pas laisser dans la relation.

La vie m’a appris qu’elle est généreuse, bienveillante, inépuisable dans ses manifestations les plus diverses. Dans tout événement, même le plus terrifiant, le plus catastrophique, il y a le possible d’un germe de changement ou d’une renaissance.

La vie m’a appris qu’on pouvait aussi l’agrandir, l’embellir, la magnifier au travers de rencontres magiques, comme le sont par exemple les rencontres amoureuses. C’est dans l’amour partagé en réciprocité que la vie prend toute sa saveur, donne tout son goût.

La vie m’a appris à être humble, quand j’ai découvert que je n’avais pas de pouvoir sur mes sentiments, ni sur ceux de l’autre, que je ne pouvais pas dicter à mon désir, pas plus qu’a celui de l’autre.

La vie m’a fait aussi le cadeau de m’offrir des périodes et des tranches de santé et de bien-être, qui m’ont permis de ne pas sombrer dans le désespoir et la déprime.

Et puis, puis - je le dire sans aucune réserve, - la vie m’a fait découvrir qu’il est possible d’inventer des relations plus vivantes et en santé au travers de la méthode ESPERE.que j’ai initiée.

Ma vie ardente et fidèle m’a ainsi accompagné tout au long de ces années et ma reconnaissance à son égard est infinie.

Jacques Salomé est l’auteur de
· Et si nous inventions notre vie. Ed du relié
· Contes d’errance, contes d’espérance, Albin Michel
· Le courage d’être soi. Pocket.

Revenir

Archives à consulter

Des éco-relations à l'école et ailleurs...

L’intérêt pour l’écologie fait partie de nos priorités si nous voulons préserver notre planète.

En savoir plus...

L'écologie relationnelle : oïkos logos et écoute de l'autre

Les 9 et 10 mai dernier, s’est tenu à Paris le Vème colloque de l’Institut ESPERE qui avait pour titre L’écologie relationnelle : un défi dès aujourd’hui et pour demain. J’avais proposé pour le présenter l’argument suivant : « Voilà bientôt une...

En savoir plus...

Fidèle à soi-même jusqu’au risque de la rupture

Donner des coups de ciseaux dans le tissu de la relation. Je dédie ce petit texte à Jacques Salomé, lui pour qui la fidélité à soi est une valeur suprême. Fidélité/infidélité. Une valeur morale et son strict contraire. Opposition binaire simpliste archi connue. À peine une pensée...

En savoir plus...

Nos blessures d’enfance : T.R.A.H.I.I.I !

« Nous sommes contemporains de nos douleurs les plus anciennes. » Henry Bonnier, Journal d’une conversion, Rocher 2005 Ce petit texte, sans autre prétention que de rappeler les principales blessures d’enfance (psychiques ou morales) dont nous sommes tous porteurs. Et proposer un petit...

En savoir plus...

Avoir un choix, faute d’avoir LE choix

Ne peut plus. N’a plus part à rien quelqu’un. Quelque chose contraint quelqu’un. […] On a cédé sa place à l'ombre, par fatigue, par goût du rond.[…] On n’a plus le regard de son œil.On n’a plus la main de son bras. On n’est plus veine, on n’envie plus. On n’est plus...

En savoir plus...

L’art de conjurer l’absence

Potier, sculpteur, écrivain/écrivant ou créateur de symboles : du pareil au même. Notre 4ème colloque ESPERE a eu lieu début juin 2007 à Paris. Une « belle succession de rencontres » a écrit Jacques Salomé.

En savoir plus...

Ce que la vie m’a appris

Ce que la vie m’a appris, surtout sur le tard de ma vie, c’est qu’elle était trop courte et qu’il fallait ne pas la gaspiller ou perdre du temps avec elle, mais tenter de la vivre à pleine vie. Vivre sa vie au présent sans s’enfermer ou se paralyser dans la nostalgie du passé, sans...

En savoir plus...

Natalis (Solis Invecti)

« L’Avent (adventus) définit le temps situé en amont de la Nativité. L’avent consacre le temps de l’avant arrivant. » Pascal Quignard dans Les Paradisiaques 2004

En savoir plus...

Croire les autres sur parole : la responsabilité de notre crédulité

Nous fondons nos attitudes et nos comportements relationnels sur des postulats (pour ne pas dire des croyances) dont nous n’avons pas toujours très bien conscience. Certains d’entre eux s’imposent à nous comme des évidences, quand ils ne nous aveuglent pas. Ils ont la vie plus ou moins...

En savoir plus...