Infolettre 02

Octobre 2011

EDITO | Pour que vive la Méthode ESPERE® !

Quel plaisir de vous présenter cette deuxième infolettre…

Pleine de l’énergie vivante et engagée de ce dernier colloque, elle poursuit sa mission de mise en commun, de reliance et de prolongement de la Méthode ESPERE®, grâce à vos nombreuses contributions, à votre formidable créativité et au précieux savoir-faire de notre webmaster Sarah Legrand !  

Les mois d’été, souvent propices à la trêve de l’action et des idées, au vagabondage des rêves, à une plus grande liberté d’être, n’ont pas altéré votre enthousiasme et votre implication ! Au contraire : contes, témoignages, textes édifiants, réflexions stimulantes, chroniques, articles ont jailli de vos plumes et nourrissent cette infolettre…

Luc Roenen, président du CA de l’Institut ESPERE International, nous informe de l’actualité du CA, Maryse Legrand nous régale de son journal de bord de la rentrée, Corynne Cygler nous rappelle l’importance de la communication relationnelle à l’école, Véronique Desrousseaux partage une leçon d'humanité, Claire Arroyo nous invite au « pays de notre enfance » et Jacques Salomé nous surprend encore et toujours par son regard et ses mots si justement intimes…

Je vous en souhaite délicieuse lecture !

Une petite mise en bouche : cliquez sur ce lien pour replonger quelques minutes dans l’ambiance du colloque…

Caroline Houlbert de Coccola, secrétaire adjointe de l'Institut ESPERE International

CHRONIQUE DE JACQUES SALOME | Un de nos pires ennemis, la bureaucratie aveugle

par intérim Jacques Salomé

En 2012 après Jésus-Christ, il paraît que Dieu visita Noé et lui tint ce discours :

"Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée, un cataclysme  boursier va ruiner, affamer et tuer des milliards d’êtres humains et dans le meilleur des cas, une catastrophe plus ou moins atomique va se déclencher. Je t’invite une fois de plus à construire une arche et à rassembler un couple de chaque être vivant   ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j'envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis mon œuvre la plus parodoxale, celle qui me donne le plus de soucis, la présence des hommes sur la Terre !!!"

Six mois plus tard, on prétend que Dieu retourna visiter Noé et ne vit qu'une ébauche de construction navale. Aussi interpella-t-il Noé !

"Mais, Noé, tu n'as pratiquement rien fait ! Demain il va commencer à pleuvoir ! Tout est programmé, je ne peux rien arrêter…"

"Pardonne-moi, Tout Puissant, j'ai fait tout mon possible mais les temps ont beaucoup changé et les initiatives individuelles sont très mal perçues ! J'ai essayé de bâtir l'arche, mais il faut un permis de construire et l'inspecteur m’a fait des ennuis au sujet du système d'alarme anti-incendie. 

Mes voisins ont créé une association, parce que la construction de l'échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue leur vue. J'ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord, qui n’a pas encore été enregistré. 

L'Urbanisme m'a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l'arche jusqu'à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu'à nous. Ils ont refusé de me croire. 

La coupe du bois de construction navale s'est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l'Environnement sous le triple motif que j’allais contribuer à la déforestation, que l’autorisation donnée par les Eaux et Forêts n'avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l'environnement, car cela détruisait l'habitat de plusieurs espèces animales. J'ai pourtant expliqué qu'il s'agissait, au contraire, de préserver à jamais ces espèces, rien n'y a fait. 

J'avais à peine commencé à rassembler les couples d'animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux parce que je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës.

Ensuite, l'agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l'impact sur l'environnement de ce fameux déluge.

Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles. Je les avais embauchés car les Syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués.

Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays, tandis que les Douanes menaçaient de m'assigner devant les tribunaux pour "tentative de franchissement de frontière en possession d'espèces protégées ou reconnues comme dangereuses".

Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais devant tant d’obstacles et d’incompréhension, j'ai certainement manqué de persévérance mais je n’en pouvais plus et j'ai abandonné ce projet."

Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil s’est mis à resplendir.

"Ainsi tu renonces à détruire le monde ?" demanda Noé, tout de même un peu surpris !

"Oui, à la suite de tout ce que tu m’as dit, j’ai pris conscience que ma démarche était inutile, répondit Dieu, l'administration va s'en charger à ma place, avec beaucoup d’efficacité et en plus je ne vois pas du tout comment je vais pouvoir t‘aider à survivre, je me sens un peu dépassé ! Il te faudra à l’avenir compter moins sur mes ressources et faire preuve de  beaucoup d’inventivité pour survivre et sauver tes proches…"

Jacques Salomé

ACTUALITES DU CA

Bien chers adhérents, futurs formateurs et en formation,

Je suis heureux, dans le cadre de cette seconde infolettre, de vous faire part de quelques réflexions de rentrée et de l'état d'avancement des projets menés par le CA de l'IEI sur cette fin d'année 2011.

Tout d'abord la joie et la satisfaction que nous ( les membres du CA et moi-même ) avons éprouvées au cours et au terme du colloque du mois de mai dernier qui a eu lieu à Paris, sur le thème « La Méthode ESPERE® au quotidien de la vie. Que de beaux partages vivants, stimulants et nourrissants ! De bonnes énergies ont circulé avec beaucoup de fluidité tout au long de ces 2 journées de travail, de rencontres et d'échanges. Nous avons ensuite reçu des témoignages encourageants et gratifiants par les uns et les autres.

Nous tenons à remercier tous les participants qui ont permis de créer cette ambiance à la fois studieuse et festive, que ce soit par leur présence active, leur enthousiasme contagieux, leurs interventions pertinentes ou leur écoute bienveillante.

Après ces 2 mois d'été et de travail "au ralenti" nous envisageons de finaliser au plus vite le relooking du site de l'IEI. Ses versions anglophone et germanophone sont déjà en ligne et accessibles depuis la page d’accueil du site (cliquer sur les drapeaux). La nouvelle interface permet d’améliorer grandement la visibilité des fiches des adhérents et des formateurs en cours de validation. Chacun peut maintenant y insérer sa photo.  À ce jour, nous dénombrons près d'une centaine de propositions de formations, de conférences et de supervisions. Nous invitons vivement celles et ceux qui n’ont pas encore pris de le temps de le faire, de bien vouloir mettre à jour leur fiche.  

Pour le reste, nous poursuivons la gestion du quotidien : accueil de nouveaux adhérents et formateurs en cours de validation, réponse aux demandes diverses, lecture des mémoires des formateurs en cours de validation, stimulations à nourrir les échanges par le biais de la mailing list et préparation de notre prochain CA du mois de novembre.

Luc Roenen, président de l’Institut ESPERE International, 27 septembre 2011

NOUVEAUX ADHERENTS | En 2011, bienvenue à ...

Anaïs Euverte

tl_files/infolettre/02/Anais_Euverte.jpg

"Juriste de formation et passionnée par les relations humaines, je travaille depuis plusieurs années dans le secteur associatif auprès de personnes rencontrant des difficultés et souhaitant être informées et accompagnées sur le plan juridique. La Méthode ESPERE® m'a permis de mieux accompagner ces personnes. Je partage actuellement ma vie professionnelle entre mon métier de juriste et mon activité de formatrice en communication relationnelle. Je propose des consultations individuelles, des stages et des formations."

Anaïs a été formée à la Méthode ESPERE® par le centre ADRES, à Paris (Aleth Naquet).

Renée Mariaye

"Sage-femme, conseillère conjugale et familiale,  j'interviens depuis plusieurs années dans les établissementsscolaires dans le cadre de l'Education à la Santé et à la Citoyenneté. Depuis ma formation à la Méthode ESPERE®, j'ai fait le choix d'aborder ces séquences éducatives en faisant appel aux concepts et aux propositions relationnelles contenues dans cette méthode. Cela permet à chaque élève de découvrir l'école, comme un vrai lieu de partage avec l'autre et d'acquérir des outils qui feront de lui le véritable acteur de son apprentissage."

Renée a été formée à la Méthode ESPERE® par le centre ADRES, à Paris (Aleth Naquet).

Gaëlle Dussud

tl_files/infolettre/02/Gaelle_Dussud.png

"Psychologue clinicienne depuis 13 ans en Centre-Médico- Psychologique pour adulte, je suis très heureuse de pouvoir allier la Méthode ESPERE® à ma pratique thérapeutique, depuis 5 ans maintenant. Depuis un an, je travaille aussi à mon compte et peux  recevoir toute personne de Savoie et départements limitrophes, désireuse de travailler en Méthode ESPERE®." 

Gaëlle a été formée à la Méthode ESPERE® par le centre RELIANCE, à Grenoble (Jean-Luc Mermet).

TEXTE ORIGINAL | Le jour où je me suis aimé pour de vrai

par Charlie Chaplin, texte proposé par Véronique Desrousseaux

Simone de Beauvoir a dit "On ne naît pas femme, on le devient".

Ce poème de Charlie Chaplin nous dit "On ne naît pas humain, on le devient".

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place,
au bon moment.
Et, alors, j’ai pu me relaxer.          
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle     Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle,
n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle     Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle     Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus
dans le fait de forcer une situation, ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.
Aujourd'hui, je sais que ça s’appelle     Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer
de tout ce qui ne m’était pas salutaire,
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle     Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre
et j’ai arrêté de faire de grands plans ,
j’ai abandonné les mégaprojets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle     Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher
à toujours avoir raison et me suis rendu
compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert     l'  Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle     Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir ,
mais si je la mets au service de mon cœur,
elle devient un allié très précieux.

Charlie Chaplin

OUVRAGE | L'effet source de Jacques Salomé

À l’heure où paraît le dernier livre de Jacques Salomé aux éditions de l'Homme (cliquez sur le lien ci-dessous (en bleu) pour accéder à la quatrième de couverture)

L’effet source. Rencontre avec les femmes-fontaine, Editions de l’Homme, septembre 2011

Une interview de Jacques Salomé à propos de son livre L'effet source.

Autour de la naissance d’un enfant inouï, Jacques Salomé, Edito septembre 2011

je propose une mise en contexte de cette publication sous forme d’un petit retour en arrière vers les années 70 : Ménie Grégoire était alors une pionnière de la mise en mots de la sexualité (cf. article paru dans la revue Dialogue sorti le 27 août 2011)

Dialogue 2011/3 193 Sexualité et parole Ménie Grégoire

 

Maryse Legrand

ARTICLES | Journal de bord d’une ESPERienne

par Maryse Legrand, secrétaire de l’Institut ESPERE International.

Quelques ouvrages ou articles qui ont retenu mon attention pour cette deuxième infolettre. Les thèmes abordés sont : 

×  délicats à traiter (le non-désir d’enfant, qu’il soit définitif ou provisoire, qu’il s’exprime au féminin ou au masculin : À l’enfant que je n’aurai pas, de Linda Lê, Nullipare de Jane Sautière ou Faux-père, le roman de Philippe Vilain) ;

×  guère consensuels (regards psychanalytiques critiques des fondements inconscients de la non-violence chez Gandhi)

×  douloureux (la maltraitance dont les femmes sont victimes). Le propos sera tout de même adouci par le recours aux contes utilisés comme médiation dans des groupes de thérapie mis en place pour ces femmes victimes.

*

Une nouvelle collection conçue et dirigée par Claire Debru a vu le jour début 2011 chez NiL éditions sous l’intitulé Les affranchis avec pour argument l’invitation suivante :

« Quand tout a été dit sans qu’il soit possible de tourner la page, écrire à l’autre devient la seule issue. Mais passer à l’acte est risqué. Ainsi, après avoir rédigé sa Lettre au père, Kafka avait préféré la ranger dans un tiroir.

Écrire une lettre, une seule, c’est s’offrir le point final, s’affranchir d’une vieille histoire.

La collection « Les affranchis » fait donc cette demande à ses auteurs : «Écrivez la lettre que vous n’avez jamais écrite. »

Ce sont des livres de petit format qui tiennent dans la main et se lisent quasiment d’une traite (quelques soixante-dix pages pour les deux que j’ai sélectionnés et dont je recommande vivement la lecture).

 

tl_files/infolettre/02/Annie_Ernaux.png  Annie Ernaux, L’autre fille, NiL, mars 2011 (cliquez sur le lien (en bleu), comme sur tous les suivants pour accéder à la quatrième de couverture de l’ouvrage ou sur des articles qui vous permettront d’en savoir plus)

  « Mais toi et moi nous étions destinées à rester uniques. Leur volonté de n’avoir qu’un seul            enfant affichée dans leurs propos on ne pourrait faire pour deux ce qu’on fait pour un impliquait    ta vie ou la mienne, pas les deux.

   Il m’a fallu presque trente ans et l’écriture de La place pour que je rapproche ces deux faits,        qui demeuraient dans mon esprit écartés l’un de l’autre – ta mort et la nécessité économique        d’avoir un seul enfant – et pour que la réalité fulgure : je suis venue au monde parce que tu es    morte et je t’ai remplacée. » (61)

   « Rapprocher ces deux faits » : un bel exemple de « reliance », dirait Jacques Salomé.

 

tl_files/infolettre/02/Linda_Le.png  Linda Lê, À l’enfant que je n’aurai pas, NiL, août 2011

  « Toi, l’enfant que je n’aurai pas, je me demande quels traits auraient été les tiens si je t’avais     donné le jour […] » (7)

  « […] tu n’es pas l’unique destinataire [de cette lettre], car je m’adresse aussi à toutes celles       qui se sont dispensées de se conformer aux lois de la nature […] » (65)

  « Tu restais entre nous un sujet embarrassant, tu avivais notre mésentente, chaque jour plus         manifeste. S. était d’humeur contentieuse, il me reprenait sur tout, il ne cessait- d’agiter le         spectre de la rupture, puisque je ne lui concédais pas le droit d’être père […] (45)

 

*

J’ai pensé à un autre livre paru en septembre 2008.

tl_files/infolettre/02/Jane_Sautiere.png

 Jane Sautière, Nullipare, éditions Verticales, septembre 2008

 Jane Sautière, Nullipare, Lecture d’un extrait, Libération

 «  Nullipare, part nulle. Je suis avec en moi l’enfant que je n’ai pas eu, une place vide et      peuplée. Se tient en moi un enfant émouvant, patient, curieux, en exploration du monde, apeuré  et audacieux. Un enfant qui n’est pas moi, qui n’est pas mon enfance.

 […] Il me ressemble terriblement, presque trop, mais ce n’est pas moi. Et ce n’est pas non plus      un autre.

 C’est l’enfant non fait, non advenu. » (50) 

*

En contrepoint de ces deux livres, je me suis aussi souvenu du roman de Philippe Vilain, également paru en septembre 2008.

tl_files/infolettre/02/Faux-pere.png

Philippe Vilain, Faux-père, Grasset, 2008

« Je refusais d’avoir un enfant seulement pour assurer ma descendance. Ce que je souhaitais, c’était avoir un enfant d’une femme dont j’aurais été éperdument épris, un enfant né de la passion, non d’une connivence sexuelle. Accessoirement, je savais que le coût d’une naissance m’imposerait de changer de vie […]

À ces raisons s’ajoutait la hantise de revivre à travers un autre, fut-il de mon sang, cette enfance que j’avais si mal vécue, où les circonstances m’avaient conduit à devenir très tôt responsable, à me comporter en adulte. Ce n’était pas à un paradis que j’associais l’enfance, mais à un bagne d’où je m’étais miraculeusement évadé.

[…] Mal vivre son enfance ne constitue pas une fatalité, cela suscite chez certains le désir de la conjurer. Rien n’y faisait. Tout se passait comme si, en refusant d’être père, j’avais à jamais voulu rester un fils. » (40-41)

 

Passage en revue

Deux articles (payants) accessibles sur le site spécialisé Cairn.info.

Celui-là m’a tout particulièrement interpelée.

Regards psychanalytiques sur la non-violence de Gandhi, RFP 2011/3 (Vol 75)

Regards psychanalytiques sur la non-violence de Gandhi, panier d’achats

Un bon complément aux Contes de Jacques Salomé.

Les contes en psychothérapie des femmes maltraitées

Les contes en psychothérapie des femmes maltraitées, panier d’achats

J’en rajoute un qui est directement en ligne, autrement dit gratuit.

Les contes en thérapie, Catherine Picard, Revue dialogue 2002

*

La rentrée littéraire… ce rite un peu frénétique

J’aurai réussi l’exploit de ne pas parler de la rentrée littéraire, même si j’ai déjà lu quelques-unes de ces parutions. Ma libraire préférée avait prévenu ses clients lors de la fermeture de sa boutique en août, par un mail plein d’humour dont je cite ici un passage

« La rentrée littéraire de septembre s’annonce et ce sont encore plus de 700 romans français et étrangers qui sortiront à partir de mi-août… […]

Considérant qu’un roman sur tranche présente un encombrement moyen de 2 cm, par conséquent, 700 romans pour cette rentrée représentent un encombrement de 140 mètres linéaires, sauf erreur…

[…]… Il nous faudra […] :

                - de bonnes Converse pour arpenter cette longueur de 140 mètres dans tous les sens, regarder la                             couverture, lire au hasard la page 77 comme gage de bon choix, jeter un œil à la bio de l’auteur… […] »

J’ai gardé en mémoire ce passage lu il y a quelques années.

«[…] septembre […] : cela correspond à ce qu’on appelle en France la rentrée littéraire. Je ne sais trop ce que c’est : on me dit que c’est une sorte de rite un peu frénétique dont les Français font une fête, à l’automne, comme les vendanges. » (Frédéric Ferney dans Le dernier amour de Monsieur M., Robert Laffont, 2005, p.22)

 

Citation sous forme de devinette

Qu’est-ce que [1] le présent du passé ? [2] Le présent du présent ? [3] Le présent du futur ?

 

Réponse

tl_files/infolettre/02/reponses devinettes modifiees.png

Maryse Legrand, 11 septembre 2011

AUTOUR DE LA METHODE ESPERE® | Histoire de Collège

par Corinne Cygler

L'école est là avec sa cohorte de matières à ingurgiter et à aimer : Français, maths, histoire, langues vivantes, sciences ... De nombreuses matières que les élèves des collèges et lycées doivent découvrir, apprendre, comprendre, expliquer, intégrer, digérer, et aimer pendant au moins six ans ...

Face à eux, les professeurs : ceux grâce à qui ces enseignements vont être assimilés, les élèves évalués, leur travail contrôlé. Avec, en prime, la pression de l'examen final : le BAC, celui qui va permettre de " passer d'une rive à l'autre " pour encore continuer ou affronter le monde du travail.

Dans un collège d'une petite ville de banlieue, des professeurs ont décidé de dire ce qu'ils vivaient, ce qu'ils ressentaient : leurs doutes, leurs inquiétudes, leurs joies, leurs espoirs, leurs peurs et leurs colères aussi... Ils n'étaient pas là pour débattre sur le système, sur les élèves, ou sur eux-mêmes mais simplement pour essayer de communiquer autrement entre eux et avec les élèves. Lors des ateliers de communication relationnelle, ils découvrent la Méthode ESPERE® et choisissent de s'exercer à certains outils et règles pour mieux dialoguer avec les élèves.

Par exemple:

LA CONFIRMATION: Elle consiste à écouter l'élève avec présence et disponibilité, à lui confirmer ce qui a été entendu dans ce qu'il a dit.

Joël 14 ans dit : " Madame, il y a eu un contrôle de Maths, la semaine dernière, je ne trouve pas juste d'en avoir encore un ... "

La prof peut répondre " Oui, Joël, pour toi comme il y a eu un contrôle la semaine dernière, ce n'est pas juste d'en faire encore un, je comprends ta position. "

Ce que Joël a dit n'est pas jugé, simplement entendu et confirmé comme sa propre parole.

L'UTILISATION DU JE : Chaque élève est invité à parler de lui, pour lui. Le ON n'est pas utilisé car il est synonyme d'anonymat, de rumeur, d'amalgame et de généralités. Chacun est invité à se positionner pour lui et non contre les autres, ni comme les autres. Chacun est unique et différent et à sa propre place dans la classe.

Carole dit " On voudrait que le cours de français soit reporté"

Le professeur l’invite à rectifier et à parler pour elle: " Toi, Carole tu voudrais que le cours de français soit reporté".

NE PAS CONFONDRE LE SUJET (l'élève) ET L'OBJET (Ce qu'il fait, ses résultats scolaires)

Lorsque Romain obtient un 4 à son devoir de français, l'agacement du professeur est bien dû à ce résultat. Il est important que le professeur de français ne confonde pas Romain et son résultat et que Romain différencie le professeur et son agacement.

C'est bien à Romain de s'occuper de sa note, le 4/20, et au professeur à gérer son agacement.

Ces quelques propositions invitent chacun à se responsabiliser dans toute relation. Elles permettent d'envisager d'autres relations entre élèves et professeurs.

Elles supposent que, dans toute relation, chacun est responsable de ce qu'il dit, fait, pense, qu'il soit élève ou professeur.

Plus de communication, de créativité, de comportement d'ouverture, d'écoute et de tolérance va permettre que le collège soit un terrain d'apprentissage de la vie et une meilleure voie d'accès vers l'entreprise. 

 

Corinne Cygler

Formatrice de formateurs en Méthode ESPERE®
Site :www.ca-cree-la-vie.fr

EVENEMENTS

Séminaire de formation animé par Jacques Salomé les 29 et 30 octobre à Bordeaux : Etre parents aujourd’hui d’enfants et d’adolescents qui seront les adultes de demain.

Beaucoup de parents et d'enseignants se sentent démunis devant les nouveaux comportements de leurs enfants et en particulier ceux des adolescents. 

Jacques Salomé rappellera les grandes fonctions parentales à assumer par ceux qui les entourent, pour permettent à leurs enfants de devenir des adultes autonomes, conscients et engagés dans la vie... qui les attend. 

Renseignements   06 81 11 10 66 ou www.ecoledemyr.com ou centreshen@yahoo.fr


Spectacle « Au fil de la tendresse » avec Jacques Salomé et Julios Beaucarnetl_files/infolettre/02/AU-FIL-DE-LA-TENDRESSE.jpg

Ils se connaissent depuis plus de 25 ans. Ces deux hommes s’apprécient et leur cheminement par des routes différentes se rejoignent. Ils ont tous deux la passion de l’amitié, des relations vivantes.

Ce spectacle aura lieu le 9 novembre 2011 à 20h30 à l'auditorium du Vaucluse - 971 chemin des Estourans 84250 Le Thor. Réservation possible à l'Auditorium du Vaucluse Jean Moulin Tel : 04 90 33 97 32

Renseignements : isabelle.thurel3@free.fr Tel : 04 90 71 68 62

 

Séminaire de formation animé par Jacques Salomé les 12 et 13 novembre 2011  à Turin (Italie) : Faire face au changement dans les relations essentielles de notre vie (couple, enfant, parents, travail…)
 

Le premier changement à intérioriser, c’est de reconnaître deux choses :

• que nous sommes tous des infirmes de la communication (personne ne nous appris à communiquer, c’est à dire à mettre en commun)
• qu’il nous appartient d’avoir l’humilité d’apprendre à communiquer autrement, en ayant une communication plus consciente.

Inscriptions et renseignements : Raffaele Pezzo - info@centroarmoniavalgomio.it ou tel  011/9874917


ESPACE ADHERENTS | Dans la lune

par Claire Arroyo - Weiss

A l’approche de cette rentrée de septembre que je prépare assidument pour tous les enfants et parents de la structure dont je m’occupe en Martinique, comme contribution à cette deuxième infolettre, je vous propose ce petit conte.

Je l’ai écrit  et,  avec l’équipe, nous l’avons lu, joué et dessiné avec les  enfants de l’Accueil de loisirs qui ont entre 3 ans et 12 ans !

Cela me fait plaisir de le partager avec vous, je pense que chacun, petit ou grand, pourra s’y retrouver un peu…puisque « nous venons tous du pays de notre enfance ! »

 

*
 

Un matin du mois de février, la lune se réveilla très triste…
Depuis longtemps elle rêvait de rencontrer le soleil, mais jamais cela ne se produisait.

 Elle guettait pourtant son apparition au petit matin, parfois même elle l’apercevait, elle tentait de l’appeler …

«  Monsieur Soleil, Monsieur Soleil » mais il ne l’entendait, ni ne l’attendait jamais !

Vous savez bien, vous les enfants, que le soleil brille le jour et la lune éclaire la nuit…

 Notre Lune était si triste qu’elle pleura, pleura, pleura, 3 jours, 3 nuits, 3 lunes.tl_files/infolettre/02/image lune et soleil.jpg

Après ce temps, elle réfléchit pour écouter ce qui se cachait derrière sa grande tristesse et elle entendit :

«  Je suis seule, trop seule, j’ai besoin d’amis, de compagnie, je n’ai aucun soleil dans mon cœur »…elle réfléchit encore et … elle eut une idée.

« Je vais faire de belles affiches pour proposer un voyage sur la Lune à l’attention de tous les terriens » les habitants de la terre vous savez !

 Elle envoya les étoiles filantes pour coller les affiches partout dans le monde…Ce qui fut fait en un temps record. Un temps d’étoiles filantes.

Elle attendit 3 jours, 3 nuits et 3 lunes… elle commençait à désespérer….QUAND !?!...

 Elle aperçoit un petit garçon aux yeux bridés, qu’on appelle nous « chinois », qui vint la rencontrer. Ils discutèrent beaucoup, de la pluie, du beau temps, de l’amour, des parents pas toujours très « marrants »…A peine le petit chinois reparti,  la lune accueillit une petite fille venue d’Afrique avec plein de petites perles dans les cheveux et qui rêvait de visiter la Lune.

Elles parlèrent longtemps  comme des grandes copines, elles se disaient des bêtises qui les faisaient rigoler très fort comme ça ….HA ! HA ! HA !…HI ! HI ! HI !…

La lune s’amusait tellement qu’elle oublia de faire son travail, elle n’éclaira pas  et cette nuit-là il fit nuit noire !!!

 Le lendemain un petit garçon vint du Maroc, un autre de Roumanie, un autre d’Australie, de la  France, du Canada…tous les jours plein d’enfants de la terre entière venaient voir la Lune.

Elle était si contente, c’était merveilleux de ne plus être toute seule !

 Les enfants quant à eux, rentraient du voyage émerveillés, les yeux écarquillés, ils faisaient de beaux rêves, des dessins artistiques et même des projets pour que tous les enfants de la terre apprennent à s’aimer, soient heureux et respectés…

 Depuis ce jour on rencontre beaucoup d’enfants de la terre «  qui sont dans la Lune », comme disent leurs parents… qui ne sont pas toujours très « marrants » !!!

Il paraît que même certains adultes font de temps en temps le voyage !

 

Claire de l'une - Arroyo - Weiss

Directrice « Ateliers du Petit Prince »  ( Martinique )

Master II RH, Membre de L’institut ESPERE ( Paris ) Formatrice - consultante en Relations Humaines 

PETIT CLIN D'OEIL | Le pouvoir des mots !

Une vidéo pour changer de regard, surtout quand on est aveugle !

Plein de plaisir.

Jacques Salomé

COMMUNICATION DU CA | Qu’on se le dise et qu’on le fasse ! Encore une fois !

Nous avons décidé (en 2007 puis en 2010) d’écrire Méthode ESPERE® (sans points entre les lettres) avec une majuscule à méthode, et ESPERE suivi du symbole ® de marque déposée placé en exposant. Pour écrire ® le plus simple est d’appuyer en même temps sur les touches AltGr et R. Si votre clavier ne permet pas d’emprunter ce raccourci, il vous reste à réaliser plusieurs opérations : sélectionnez le symbole ® dans le menu Symboles de Word, insérez-le dans votre texte après ESPERE puis après avoir sélectionné ce caractère, allez dans le menu Police et cochez la case Exposant.  Il arrive que certains supports informatiques, comme celui-ci, soient récalcitrants et ne permettent pas cette mise en exposant. Sinon, le tour est joué ! Merci de tenir compte de cette convention d'écriture.

Revenir