Warning: Illegal string offset 'top' in /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php on line 2033
#0 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2033): __error(2, 'Illegal string ...', '/home/institutg...', 2033, Array)
#1 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2802): Controller->generateMargin('', 'padding')
#2 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentText.php(70): Controller->addImageToTemplate(Object(FrontendTemplate), Array)
#3 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentElement.php(139): ContentText->compile()
#4 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(415): ContentElement->generate()
#5 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(173): Controller->getContentElement('548')
#6 /home/institutg/www/system/modules/frontend/Module.php(140): ModuleArticle->compile()
#7 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(71): Module->generate()
#8 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(348): ModuleArticle->generate(false)
#9 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(196): Controller->getArticle('infolettre-07')
#10 /home/institutg/www/system/modules/frontend/PageRegular.php(71): Controller->getFrontendModule('0', 'main')
#11 /home/institutg/www/index.php(198): PageRegular->generate(Object(DB_Mysql_Result))
#12 /home/institutg/www/index.php(333): Index->run()
#13 {main}

Warning: Illegal string offset 'right' in /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php on line 2034
#0 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2034): __error(2, 'Illegal string ...', '/home/institutg...', 2034, Array)
#1 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2802): Controller->generateMargin('', 'padding')
#2 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentText.php(70): Controller->addImageToTemplate(Object(FrontendTemplate), Array)
#3 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentElement.php(139): ContentText->compile()
#4 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(415): ContentElement->generate()
#5 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(173): Controller->getContentElement('548')
#6 /home/institutg/www/system/modules/frontend/Module.php(140): ModuleArticle->compile()
#7 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(71): Module->generate()
#8 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(348): ModuleArticle->generate(false)
#9 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(196): Controller->getArticle('infolettre-07')
#10 /home/institutg/www/system/modules/frontend/PageRegular.php(71): Controller->getFrontendModule('0', 'main')
#11 /home/institutg/www/index.php(198): PageRegular->generate(Object(DB_Mysql_Result))
#12 /home/institutg/www/index.php(333): Index->run()
#13 {main}

Warning: Illegal string offset 'bottom' in /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php on line 2035
#0 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2035): __error(2, 'Illegal string ...', '/home/institutg...', 2035, Array)
#1 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2802): Controller->generateMargin('', 'padding')
#2 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentText.php(70): Controller->addImageToTemplate(Object(FrontendTemplate), Array)
#3 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentElement.php(139): ContentText->compile()
#4 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(415): ContentElement->generate()
#5 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(173): Controller->getContentElement('548')
#6 /home/institutg/www/system/modules/frontend/Module.php(140): ModuleArticle->compile()
#7 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(71): Module->generate()
#8 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(348): ModuleArticle->generate(false)
#9 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(196): Controller->getArticle('infolettre-07')
#10 /home/institutg/www/system/modules/frontend/PageRegular.php(71): Controller->getFrontendModule('0', 'main')
#11 /home/institutg/www/index.php(198): PageRegular->generate(Object(DB_Mysql_Result))
#12 /home/institutg/www/index.php(333): Index->run()
#13 {main}

Warning: Illegal string offset 'left' in /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php on line 2036
#0 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2036): __error(2, 'Illegal string ...', '/home/institutg...', 2036, Array)
#1 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(2802): Controller->generateMargin('', 'padding')
#2 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentText.php(70): Controller->addImageToTemplate(Object(FrontendTemplate), Array)
#3 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ContentElement.php(139): ContentText->compile()
#4 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(415): ContentElement->generate()
#5 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(173): Controller->getContentElement('548')
#6 /home/institutg/www/system/modules/frontend/Module.php(140): ModuleArticle->compile()
#7 /home/institutg/www/system/modules/frontend/ModuleArticle.php(71): Module->generate()
#8 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(348): ModuleArticle->generate(false)
#9 /home/institutg/www/system/libraries/Controller.php(196): Controller->getArticle('infolettre-07')
#10 /home/institutg/www/system/modules/frontend/PageRegular.php(71): Controller->getFrontendModule('0', 'main')
#11 /home/institutg/www/index.php(198): PageRegular->generate(Object(DB_Mysql_Result))
#12 /home/institutg/www/index.php(333): Index->run()
#13 {main}

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/institutg/www/system/functions.php:134) in /home/institutg/www/system/libraries/Template.php on line 230
#0 [internal function]: __error(2, 'Cannot modify h...', '/home/institutg...', 230, Array)
#1 /home/institutg/www/system/libraries/Template.php(230): header('Content-Type: t...')
#2 /home/institutg/www/system/modules/frontend/FrontendTemplate.php(187): Template->output()
#3 /home/institutg/www/system/modules/frontend/PageRegular.php(142): FrontendTemplate->output()
#4 /home/institutg/www/index.php(198): PageRegular->generate(Object(DB_Mysql_Result))
#5 /home/institutg/www/index.php(333): Index->run()
#6 {main}
Infolettre 07 | Un idéal plus vivant qu'un rêve ! - Fr

Infolettre 07

Février 2015

ÉDITO | Un idéal plus vivant qu'un rêve !

 

7 janvier 2015, je planchais sur mon édito, j’étais devant ma feuille, j’avais sorti mon stylo.

Le ciel là-haut m’inspirait des lignes légères.

Sous le soleil clément j’y voyais Allah et tous les autres p’tits Pères,

se souhaiter la bonne année en s’embrassant…

Je voulais en faire autant, vous transmettre mes vœux, célébrer la vie et faire la fête.

Oui, l’année s’annonçait belle, Bon Dieu ! C’est quoi cette tempête !

La météo n’a pas tenu ses promesses, j’ai vu la nuit s’abattre sur les hommes.

J’ai vécu des instants d’ivresse, l’incompréhension me tenait je l’entends encore dans ma tête qui cogne.

Les convictions peuvent mener à la haine j’ai refusé d’y croire, elles ont tué il m’a bien fallu le voir…

J’ai baissé les bras un instant : mon crayon était tombé. Du fond du cœur ça s’est imposé : la mobilisation  plutôt que la peur !

Je refuse la violence et l’aliénation plus que jamais je célèbre la vivance et porte l’étendard de la responsabilisation.  

Je crois que des expériences restent à faire celles de la différence et de l’altérité.

Je me sens assez humaine pour entrer en résistance et défendre la liberté,

Témoigner de la pédagogie de la relation pour que vive la réciprocité et que seule la paix gronde,

Pour oser se proposer des communications créatives entre les hommes et les femmes de ce monde. 

 

Caroline Houlbert de Coccola, secrétaire adjointe de l'Institut ESPERE International, 12 janvier 2015

CHRONIQUES DE JACQUES SALOMÉ | Comment aimer sans s'aimer ?

Besoin d’aimer à tout prix, dévotion ou dévalorisation... Le manque d’amour de soi empoisonne toute relation de couple, explique Jacques Salomé dans une entrevue au magazine Psychologies.

Amour de soi et rapport amoureux

Le manque d’amour de soi – cet amour fait de bienveillance, de respect – a des conséquences directes sur nos relations avec autrui. Il se traduit par un manque de confiance, des doutes et de la méfiance qui vont générer ou entretenir soit des relations à base d’appropriation et de possessivité, soit des relations de type persécuté-persécutant. Si je ne m’aime pas, je ne pourrai pas aimer, puisque je serai dans le besoin et l’exigence d’être aimé.

Dans le manque d’amour de soi, on est toujours, ou dans le « demander-exigence », ou dans le « refuser, parce que pas assez ». Dans les deux cas de figure, on a une grande difficulté à donner. Lorsque l’on ne s’aime pas, on pense que l’on n’a rien à donner de valable et d’intéressant, et lorsque l’on donne, on a le sentiment d’être dépossédé, par une sorte d’équation inconsciente d’avoir « un moins » en soi.

Manque d'amour de soi = échec amoureux ?

C’est un constat que l’on vérifie sans cesse. Dans ces couples bancals, celui qui ne s’aime pas finit invariablement par user, puis par détruire la confiance de l’autre envers lui. Le partenaire pourvoyeur d’amour va, à son tour, se mettre à douter, avant de se lasser définitivement de fournir des preuves d’amour n’entraînant aucune réciprocité. Ce genre de relation est un jeu fou de miroir, qui repose sur une mission impossible : tenter pathétiquement de donner à l’autre ce que lui seul pourrait s’offrir, de l’amour envers lui-même. Le manque d’amour de soi se traduit essentiellement par la recherche de partenaires dont on va essayer de se faire aimer à tout prix. Ces choix, qui sont la plupart du temps inconscients, reposent sur une sorte d’escroquerie relationnelle : tout se passe comme si l’un disait à l’autre : « J’ai tellement besoin de toi, et tant que tu réponds à mon besoin, je te suis attaché. » L’autre pourrait répondre : « Je sens bien au fond de moi que tu ne m’aimes pas, mais j’ai la croyance que, grâce à mon amour, tu m’aimeras quand même un jour. » Il faut aussi ajouter que, dans la relation amoureuse, le manque d’amour de soi entraîne très souvent un jeu de disqualification mutuelle. Celui qui ne s’aime pas va mettre en cause l’amour de l’autre : « Comment peut-il aimer quelqu’un d’aussi nul que moi ? Il est encore plus nul que je ne le pensais. » Cela se passe sur un mode inconscient, mais violente les relations intimes. Ce manque d’amour de soi peut aussi prendre une forme de dévotion, se traduisant par un besoin d’aimer « à tout prix ». Mais ce don d’amour n’est que le masque d’un énorme besoin d’être aimé qui ne sera jamais comblé. Ainsi, une patiente me confiait que les « je t’aime » incessants de son mari la mettait mal à l’aise, car elle les ressentait comme une exigence menaçante, une violence cadrée qui contredisait ce qu’il pouvait y avoir de bon et de sécurisant dans leur relation. Lorsqu’elle s’est séparée de lui, elle a perdu en deux mois les vingt kilos qu’elle avait accumulés inconsciemment pour se protéger de ces « je t’aime » terroristes.

Et la sexualité ?

La vie sexuelle est fondée sur la rencontre de tous les langages de la communication humaine : langage des sentiments, des désirs, des émotions, de l’inconscient et des sens. Dans la rencontre sexuelle, le manque d’amour de soi va induire des rapports d’exigence, de violence, voire de perversité de type sadique. Celui qui ne s’aime pas peut à la fois tout accepter de l’autre et se vivre comme un simple objet de désir, et traiter l’autre comme l’objet de son propre plaisir. Je repense à cette femme qui s’est, selon ses mots, « révoltée après quinze ans de vie commune ». Elle percevait que son compagnon lui faisait l’amour, non dans le plaisir et l’abandon, mais avec la volonté de vérifier qu’elle lui appartenait, que son corps était sa propriété. Très souvent, le manque d’amour de soi va orienter la vie sexuelle sur des pratiques de possessivité, de consommation, de captation, et d’aliénation de l’autre.

L'amour de l'autre

L’amour de l’autre peut donner l’impression de combler ce manque, en soi, de ne pas savoir s’aimer, en recouvrant l’angoisse d’un voile de tendresse et de sécurité très aléatoires, mais c’est une illusion aussi dangereuse que vaine. Lorsque l’on ne s’aime pas, on est dans l’attente d’un amour inconditionnel, et ce type de demande conduit immanquablement à mettre à l’épreuve l’amour de l’autre constamment, sans relâche. C’est s’obliger à vivre en permanence avec la peur au ventre, et dans l’incertitude d’être réellement aimé.

Un homme me racontait que sa compagne maltraitait son amour, tirant tellement fort sur la relation que celle-ci menaçait de rompre. En mettant à l’épreuve les sentiments de son partenaire, cette jeune femme lui demandait implicitement : « Est-ce que tu m’aimeras quand même si je suis moche avec toi, si je te trompe, si tu ne peux pas me faire confiance ? »

L’amour qui ne s’inscrit pas dans une relation de qualité n’est ni nourrissant ni structurant. Je vais donner un exemple concret. J’ai incontestablement été un enfant aimé, j’étais la prunelle des yeux de ma mère. Pourtant, la relation qu’elle entretenait avec moi, à base d’injonctions, de dévalorisation, de chantage ou de menaces, ne m’a pas permis d’inscrire de la confiance, de la bienveillance et de l’amour envers moi-même. Ainsi, malgré l’amour de ma mère, je ne m’aimais pas. A l’âge de 9 ans, je suis tombé malade. J’ai dû quitter mon milieu familial pour aller en sanatorium pendant quatre ans. Là, j’ai rencontré une infirmière qui m’a donné, pour la première fois de ma vie, le sentiment que, tel que j’étais, j’avais une valeur, que j’étais estimable, donc aimable.

Autre exemple : dans une thérapie, ce n’est pas l’amour du thérapeute – même si chaque patient imagine que son thérapeute l’aime plus ou mieux que tous les autres patients – qui va changer le regard que l’on porte sur soi, mais la qualité de la relation qu’il propose, une relation basée sur la bienveillance et l’écoute. C’est pourquoi je ne me lasse pas de répéter que le plus beau cadeau que l’on peut faire à un enfant, ce n’est pas tant de l’aimer, que de lui apprendre à s’aimer.

L’autre, moi et la relation

La possibilité de créer ensemble une relation vivante et créative, qui ouvre la porte à tous les possibles de l’amour. Dans une relation, que je symbolise par une écharpe, je rappelle que nous sommes toujours trois : l’autre, moi, et la relation qu’il y a entre nous. Dans une relation dysfonctionnelle, on veut, le plus souvent, gérer « le bout » de l’autre, ou bien on attend que l’autre gère notre propre « bout ». Dans une relation respectueuse des possibles de chacun, chaque partenaire devient responsable de son « bout de relation », et peut se définir et se positionner sans avoir besoin de définir ou d’aliéner l’autre.

Ce positionnement responsable est l’antidote à la dépendance, à la frustration et au conflit destructeur. Il nous donne accès à notre créativité, notre indépendance et notre liberté d’être. L’amour de soi nous fait accéder, dans la relation à l’autre, aux meilleurs de tous les possibles. Les nôtres, et ceux de notre partenaire.

Comment devenir ami avec soi

On pense souvent que les spiritualités orientales méprisent le « moi » et cherchent à l’abolir en vue de « s’améliorer ». Or, le bouddhisme parle plutôt de bienveillance (maitri) comme pratique essentielle.

Mais qu’est-ce qu’être « bienveillant envers soi-même » ? La moniale d’origine américaine Pema Chödron répond :       « C’est commencer à s’intéresser à soi-même, faire des recherches et être curieux à son propre sujet. » Pour cela, le principal véhicule est évidemment la méditation, car elle permet d’observer, puis d’accepter la moindre de ses pensées et de ses émotions.

Le but n’est alors plus le nombrilisme, mais une ouverture à la compassion : « Si vous parvenez à avoir envers vous-même cette sorte d’honnêteté, de douceur et de bonté, et à rester clair face à vous, ce sentiment de bienveillance peut s’étendre aux autres sans obstacle. »

...et bien d'autres chroniques de Jacques Salomé sur le site de Psychologies.

ACTUALITÉS DU CA

Bien chers adhérents et futurs formateurs en cours de formation,

C’est avec toute l’énergie de l’hiver québécois que je vous informe des travaux réalisés par les membres du CA de l’IEI.

Depuis un an déjà nous avons mis en place plusieurs éléments définis dans notre plan de communication. Un de nos beaux succès est la page Facebook de l’Institut ESPERE International qui permet à chacun et chacune de découvrir et de faire découvrir la Méthode ESPERE® tout en participant à son rayonnement. De nombreux espériennes et espériens contribuent à l’alimenter, ce qui leur permet de se faire connaître et de partager leurs travaux et réflexions. Merci pour vos diverses contributions. Cette page est également en lien avec la page Facebook de Jacques Salomé, fondateur de la Méthode ESPERE®, ce qui favorise une plus large diffusion des informations partagées.

De plus, une formation passerelle est maintenant proposée aux formateurs qui souhaitent devenir formateur de formateurs. La formule présentée permet d’autofinancer sa propre formation et, nous le souhaitons, amènera un plus grand nombre de formateurs de formateurs et de membres adhérents à l’Institut. Il est encore temps de nous faire parvenir votre candidature à cette formation si vous souhaitez vous y engager.

L’organisation de notre prochain colloque des 13 et 14 juin prochains est en cours. Il portera sur le thème : « La Méthode ESPERE® pour qui, pour quoi et comment ? ». Au cours de ces deux journées de rencontre sur la planète ESPERE, nous nous intéresserons à la manière dont la Méthode ESPERE® se décline dans ses principaux domaines d’application. Ce colloque est une occasion de partager et de se ressourcer. Nouveautés cette année : la possibilité d’assister à deux ateliers, l’organisation d’un théâtre de l’Ombre - qui j’en suis certaine nous éblouira J - et un espace membre où vous pourrez y présenter vos documents, productions, etc. Vous y êtes tous et toutes conviés chaleureusement.  

La période de renouvellement de votre adhésion débutera d’ici peu. Nous vous invitons à compléter votre fiche de renouvellement d’ici le 1er avril en vous rendant sur notre site Internet à l’onglet Adhésion. Nous vous convions également à placer vos propositions de formations, de conférences et de supervisions sur notre site.

Des élections comme administrateur au CA auront lieu en juin prochain. Vous recevrez un appel à candidatures. Cela représente une belle opportunité de s'engager activement afin de contribuer au maintien et à l'évolution de la Méthode ESPERE®.

Pour le reste, nous poursuivons la gestion du quotidien : accueil de nouveaux adhérents et formateurs en cours de validation, réponses aux demandes diverses, lecture des mémoires des formateurs en cours de validation, stimulations à nourrir les échanges par le biais de la mailing list et de notre page Facebook.

Je vous souhaite une année 2015 remplie de succès, de santé et de bonheur tout en poursuivant ce chemin ESPERE.

 

Janine Fortin, présidente de l’Institut ESPERE International, 24 janvier 2015


tl_files/infolettre/infolettre 7/Icone FB.png

TEXTE ORIGINAL | L'Art de la métamorphose

« Refuser de mûrir, retenir le flux de l'existence, c'est oublier que la vie est l'art de la métamorphose.

Chaque fois que j'ai quitté un espace, je suis entrée dans un autre. Ce n'est pas facile.

C'est dur de quitter le pays de I'enfance ;

C'est dur de quitter le pays de la jeunesse ;

C'est dur de quitter l'épanouissement féminin, de quitter la fécondité.

D'un pays à l'autre, d'un espace à l'autre, il y a le passage par la mort.

Je quitte ce que je connaissais et je ne sais pas je vais, je ne sais pas où j'entre.

Traiter ce passage comme s'il allait de soi ? Bien sûr que non : ce serait légèreté.

Mais puisque plusieurs fois, j'ai fait l'expérience qu'en quittant un "pays", j'entrais dans un autre d'une égale richesse sinon d'une plus grande richesse, pourquoi hésiterais-je devant la vieillesse ?

Quelque chose en moi me dit : "Fais de même, fais confiance, tu entres dans un autre espace de richesse."

La vie est une école de métamorphose.

Fais confiance à la métamorphose. »

 

Christiane Singer (1943-2007)

PARUTIONS | DES OUVRAGES À LIRE OU CONSULTER

SI je supportais mieux les cons : Personnalités difficiles mode d'emploi de Bruno Adler aux éditions Eyrolles

ET SI est une collection d'ouvrages mode d'emploi destinée à vous faciliter la vie au boulot, dans votre vie perso et dans vos relations.

Dans un style simple, dynamique et plein d'humour, « ET SI je supportais mieux les cons » tente de vous aider à ne plus subir les effets nocifs générés par les cons, réguliers ou furtifs, que vous croisez au quotidien et qui vous empoisonnent la vie. 

Bruno Adler, consultant, formateur et coach formé à la Méthode ESPERE® vous offre ici l'opportunité d'identifier à quelle catégorie de con vous avez affaire, à mieux cerner son intention et à entendre vos réactions et émotions.

A l'aide de nombreux exercices, vous pourrez développer une stratégie adaptée à chaque cas et vous libérer pour de bon des effets toxiques de ces personnalités pour le moins difficiles ! 

tl_files/infolettre/infolettre 7/soigner blessures.png

Soigner les blessures de l'enfance de Lucien Essique aux éditions Dangles

L'enfance est le territoire de nos premiers apprentissages et de nos premières expériences, qu'elles soient heureuses ou malheureuses. Les toutes premières blessures, avant l'âge de 7 ans, sont rarement exprimées tant elles sont niées, bannies et peu entendues par l'entourage. La soif de vivre et d'évoluer place ces difficultés dans un large champ inconscient, les images traumatiques étant collectionnées et revêtues d'un cache opaque... Jusqu'à ce que les épreuves et les aléas de la vie fassent ressurgir, à l'âge adulte, ce qui était enfoui. Avec ce livre, Lucien Essique vous donne les moyens d'être l'auteur des changements de votre vie. Il propose un chemin en sept étapes pour mieux cerner les phases de votre développement personnel : de la prise de conscience à la reconnaissance de vos zones d'ombre, en passant par les soins apportés aux blessures de l'enfant que vous étiez. Ce livre offre des outils pratiques, des clés, des balises adaptables en fonction du vécu de chacun. Prendre soin de nos blessures est une aventure à conduire avec humilité et bienveillance, car elle est à la source d'une grande liberté intérieure et d'un regain d'énergie vitale !

Voir le site Internet : www.lucien-essique.fr

Dépendance, quand tu nous tiens !  dans la collection « L'âge et la vie » - Prendre soin des personnes âgées et des autres aux Éditions ÉRÈS

tl_files/infolettre/infolettre 7/dependance quand tu nous tiens.jpg

Cet ouvrage collectif signé Par Michel Bille, Marie-Françoise Bonicel et Didier Martz vise un public de soignants, d’accompagnants professionnels et bénévoles, d’aidants familiaux et toute personne attentive aux fragilités, les siennes et celles de son entourage. Il est aussi un outil de réflexion pour les politiques et tous les responsables chargés de mettre en œuvre des mesures pour permettre de vivre mieux ces étapes de la vie.

Dans ce petit ouvrage, l’art et la poésie accompagnent la réflexion  et le  voyage dans les innovations, existantes ou à mettre en place, et contribuent à  revivifier les exigences  de solidarité et de fraternité.

Un livre d’optimisme lucide à resituer dans le parcours d’une vie.  Nous vous invitons à le proposer autour de vous ou même à organiser des « causeries », l’un des auteurs étant à Poitiers, un autre à Reims et un autre encore à Troyes.

Ces trois auteurs ont publié d’autres ouvrages autour des fragilités de la vie.

LIVRES ET ÉMISSIONS | Journal de bord d’une ESPERienne

par Maryse Legrand, secrétaire de l’Institut ESPERE International, 18 janvier 2015

Ma sélection du moment du côté des livres et sous forme d’émissions de radio :

LIVRES

Est-ce ainsi que les hommes vivent ? Faire face à la crise et résister, Claude Halmos, Fayard, octobre 2014

tl_files/infolettre/infolettre 7/Claude Halmos.jpg

« Ce n’est pas vous qui êtes malade, c’est le monde qui l’est »

Aujourd’hui, la crise économique n’épargne plus personne. Et elle n’épargne plus rien. Perdre son travail, craindre de le perdre, voir ses possibilités de consommation se réduire comme peau de chagrin, être témoin du malheur des autres et redouter d’en être à son tour victime : ces épreuves atteignent l'individu au-delà du simple stress. Car ces coups ne sont pas seulement des atteintes à un « avoir », ils sont autant de blessures infligées à notre «être».

La crise économique a enfanté une autre crise, une crise psychologique qui érode, corrode, lamine les cœurs, les corps et les têtes. Or, de cette crise, nul ne parle : ni les politiques, ni les médias, ni les « psys ». Ce silence a de graves conséquences sur les individus; il renforce leur angoisse et les enferme dans une honte qui n’a pas lieu d’être. Dire à quelqu’un : « Ce n’est pas vous qui êtes malade, c’est le monde qui l’est. Si vous ne supportez pas ce que vous avez à vivre, ce n’est pas parce que vous êtes fragile, c’est parce que c’est invivable », c’est lui dire qu’il ne doit pas se laisser abattre, qu’il doit se battre.

Ce livre a un but : en finir avec ces souffrances tues. Dire les ravages psychologiques de la crise pour apprendre à y résister.

Penser à quelqu’un, Frédéric Worms, Flammarion, septembre 2014

tl_files/infolettre/infolettre 7/Frederic Worms.jpegPenser à quelqu'un. Nous savons tous qu'il ne s'agit pas là d'une pensée comme les autres. Cela évoque aussitôt les expériences les plus intenses. L'amour. La perte. La jalousie. L'admiration. Ce livre nous explique pourquoi. Il nous montre que ces pensées sont premières. Conditions de toutes les autres pensées. Toutes les pensées renvoient aux relations, à ceux à qui nous pensons, mais aussi à ceux qui pensent à nous. Elles peuvent nous créer, mais aussi nous détruire. Elles traversent la culture, la morale, la politique, sources de manipulations mais aussi de résistances. Elles nous font comprendre de façon nouvelle notre pensée, et notre vie.

Ecoutez l’auteur parler de son livre sur les ondes :

La Grande table, diffusée le 9 septembre 2014, à 12 h 55, sur France Culture

Les Matins, diffusée le 1er janvier 2015, à 6 h 30, sur France Culture

Dolto, l’art d’être parents. L’éducation, la parole, les limites. Ce qu’elle a vraiment dit, Elisabeth Brami et Dr Patrick Delaroche, Albin Michel, mars 2014

tl_files/infolettre/infolettre 7/Elisabeth Brami et Patrick Delaroche.jpg

Françoise Dolto défendait la cause des enfants et la cause des adolescents, mais cela n’allait pas sans défendre la cause des parents. À la relecture de ses textes les plus concrets, Elisabeth Brami et Patrick Delaroche, tous deux spécialistes de terrain, ont voulu la situer dans la lignée des grands penseurs de l’éducation et montrer combien elle  insista sur le retour au bon sens, sur le respect mutuel, la confiance et l’apprentissage précoce des limites en matière d’éducation.

Ils abordent ici les problèmes quotidiens en vue de soutenir dans leur tâche délicate les adultes trop souvent démunis. Car, contrairement aux idées reçues, on ne trouve dans les principes de Françoise Dolto ni laxisme, ni laisser-aller, ni culpabilisation des parents, mais des règles de vie fondatrices qui s’opposent au dressage à l’ancienne. Humaniser le petit d’homme – personne à part entière en devenir – c’est le nourrir au « lait du langage », écouter son désir, sa souffrance, lui signifier la loi et doser sa frustration  avec autorité mais sans autoritarisme. « Médecin d’éducation », Françoise Dolto souhaitait inculquer aux parents l’art d’« éduquer avec des mots ».

Réentendre sa voix est toujours une occasion pour chacun de repenser son rôle, de reprendre sa place respective (et respectueuse) au fil des générations. Et de le faire en confiance.

ÉMISSIONS DE RADIO

Des émissions de radio (téléchargeables et réécoutables en baladodiffusion pendant un an, écoutables pendant 1000 jours et 1000 nuits durant, à compter de la date de leur première diffusion) :

Sommes-nous entrés dans l’ère du développement personnel ?, avec Nicolas Marquis et Valérie Brunel

Modes de vie, mode d'emploi, diffusée le 29 décembre 2014, à 15 h, sur France Culture

Rencontre avec Marie de Hennezel

Les Racines du ciel, diffusée le 14 décembre 2014, à 8 h, sur France Culture

Donald W. Winnicott, le docteur qui savait si bien écouter les enfants et leur parler

Une vie, une œuvre, diffusée le 13 décembre 2014, à 16 h, sur France Culture 

Les souffrances de l’âme vues par Boris Cyrulnik

Révolutions médicales, diffusée le 13 janvier 2015, à 15 h, sur France Culture

AUTOUR DE LA MÉTHODE ESPERE® | Des expériences vécues en transmettant la Méthode ESPERE®

par Josée Goulet, Formatrice en communication relationnelle selon la Méthode ESPERE® de Jacques Salomé - Enseignante

Mademoiselle Orphée et Monsieur Cudi Brown

tl_files/infolettre/infolettre 7/Mademoiselle Orphee et Monsieur Cudi Brown.jpg

C’est par un beau dimanche du mois de mai, jour de la Fête des mères, à Deauville, qu’un incident peu banal se produisit. Nous venions tout juste de mettre le nez dehors et d’emprunter le petit sentier près du ruisseau qu’Ismaël se pointa avec son jeune loup, un beau Husky-Malamute qui voyant Orphée fonça droit vers elle pour s’amuser avec la petite amie de 4 ans. Orphée eut si peur qu’il y avait déjà un bon moment que sa maman la tenait dans ses bras et elle refusait de descendre se promener dans le sentier : « … peur de Cudi… ». Je voyais se retrousser ses petits orteils tout en remontant ses pieds pour les éloigner du sol quand elle croyait Monsieur Cudi dans les parages. Au bout du sentier, j’ai proposé ceci à sa maman : « Si tu veux, je peux essayer quelque chose avec la Méthode ESPERE®. » Quand elle eut acquiescé, j’ai regardé Mademoiselle Orphée droit dans ses yeux couleur marron et lui ai dit ceci : 

—   Orphée, je vois que Monsieur Cudi t’a fait peur…

—   Regarde, il y a des roches par terre, veux-tu me montrer comment elle est grosse ta peur… 

Et là, il s’est créé un espace temps magique quand la petite est descendu spontanément des bras de sa maman qui la portait depuis une bonne vingtaine de minutes et accroupies toutes les deux, nous observions les roches. Puis, elle en pointa une et dit :

—  Celle-là.

Je place la roche qu’elle a choisie au creux de ma main et lui dis :

—  Que veux-tu faire avec ? La lancer, l’enterrer…

—  … on la laisse là, dit-elle.

Elle tend les bras à sa maman, nous faisons quelques pas et le miracle se produit. Elle retourne par terre en riant et en courant : « Maman, maman, attrape-moi ! ». Elle court mais n’a pas encore vu Monsieur Cudi Brown qui se tient un peu plus loin sur le sentier, tenu en laisse cette fois. Elle passe à côté… sans broncher. Plus tard, elle ira même à accepter mon invitation de venir le caresser.

Dame Hélène

tl_files/infolettre/infolettre 7/Dame Helene.jpg

Été 2011, particulier et rebondissant. Elle était là devant moi avec ce mal à dire et à être entendue et cette difficulté à se positionner. Depuis quelques semaines, nous travaillions dans ce créneau suivant des situations où elle n’arrivait pas à se dire et elle subissait. Par exemple, elle avait changé la date de son départ outre-mer, ce qui lui convenait beaucoup moins, parce qu’un collègue disait avoir besoin d’elle. Bien que cette personne n’ait aucune autorité sur elle, elle avait changé ses plans alors que cela ne l’arrangeait guère. Le premier pas fut de regarder ce qui l’avait fait changer d’idée. Ce qui se révéla être une peur de l’autorité.

En creusant, cela mena au père et à « ses gros yeux ». Je l’ai invitée à symboliser l’autorité de son père. Elle prit par la suite conscience de comment sa mère se voilait la face sur certains comportements du père en acceptant l’inconcevable, en subissant sans mot dire. Ce faisant elle se mit à voir comment elle répétait les mêmes comportements. Elle avait attiré à elle un mari qui se comportait sous certains aspects vraisemblablement comme son père et elle avait accepté cela pendant plusieurs années.

« Maman… je fais comme maman, je vois les choses qui se passe autour de moi, je sais mais je ferme les yeux et je subis sans rien dire. »

Une fois chez elle, alors qu’elle avait trouvé un symbole pour sa vie, elle s’est surprise à parler à sa mère décédée : « Voilà maman, j’ai pris ta vie, je ne sais pas comment j’ai fait cela mais aujourd’hui, je te la rends, elle t’appartient, ce n’est pas ma vie celle-là. » 

Elle prit un joli papillon bleu et le déposa près de la photo de sa mère. « Voici ma vie », elle lui montra un objet représentant sa vie à elle, la sienne.  Elle a pu me partager tout la puissance de cette prise de conscience d’avoir perpétué cette attitude de subir dans la relation conjugale comme sa mère l’avait fait ainsi que les femmes des générations qui l’avait précédée et toute la joie d’enfin se tourner vers sa vie pour en prendre soin. La symbolisation a eu un effet libérateur la ramenant au respect de soi, à l’amour de soi, la confiance en soi, l’estime de soi, je la voyais retrouver une énergie nouvelle avec plus de « vivance » et de plaisir d’être. 

Quelques semaines plus tard, assises toutes les deux sur la terrasse, je lui lisais une lettre écrite par sa mère via une clairvoyante. Elle me l’avait apportée quelques semaines auparavant et je voulais lui remettre. Dans cette lettre, sa mère lui racontait tout ce qui lui arrivait à ce moment de sa vie : elle lui annonçait le bris de la chaîne intergénérationnelle. Jamais je n’oublierai cet après-midi ensoleillé du mois de juillet 2011, pure magie, ouverture d’un vortex espace-temps phénoménal. Je crois à la force du symbole et à l’implication de la personne dans son propre cheminement. Dame Hélène s’est investie dès le départ dans la symbolisation. Chaque rencontre était productive, elle arrivait avec une attitude d’ouverture et ses nouveaux symboles.

J’ai pu constater qu’entrer dans la Méthode ESPERE® en s’investissant sans hésitation comme l’a fait Dame Hélène, en symbolisant ce qui est proposé, en écoutant ce que les symboles avaient à lui dire pour s’entendre elle-même à travers le langage de l’inconscient (symbole) est la garantie d’un  parcours libérateur des plus éloquent.

Voir le site Internet: www.motsetsymboles.com

ÉVÉNEMENTS | Colloque de l'Institut ESPERE International

Une date à retenir : 13 et 14 juin 2015 à Paris
Prochain colloque de l'Institut ESPERE International 
Lieu : Diaconesses - 18 rue du Sergent Bauchat - 75012


CONTER LA METHODE ESPERE® | Donner, recevoir, demander, refuser…

par Corinne Cygler, formatrice de formateurs en communication relationnelle selon la Méthode ESPERE® de Jacques Salomé

Donner, recevoir, demander, refuser… c’est juste une histoire d’être dans son cœur

Il était petit, gris blanc, avec des poils longs qui lui tombaient partout. On devinait ses petits yeux malins derrière tous ces poils fous : il s'appelait Phong.

Il était grand, tout noir, avec des poils touffus qui lui donnaient une toison douce et épaisse. Il avait un regard tranquille et faisait penser à un gros nounours : il s'appelait Bazile.

Ces deux chiens n'étaient pas faits pour se rencontrer… tout les séparait ! Et pourtant, un jour, Phong est arrivé dans la vie de Bazile. Evidemment, ça a un peu bousculé ses habitudes de gros toutou tranquille qui paressait dans son coin. Phong, c'était la jeunesse, la vie, l'énergie, un chiot tout fou et un peu à la recherche d'un papa.

Et une relation naquit entre ces deux-là. Phong, ne quittait plus Bazile : il lui faisait la fête, lui sautait au cou, se couchait contre lui, le suivait partout où il allait. Il ne semblait plus pouvoir se passer de lui.

Quant à Bazile, déjà un très vieux monsieur, il grognait tendrement car sa tranquillité était mise en danger par ce petit animal qui bougeait sans arrêt et le collait partout.

Ils n'avaient pas besoin de parler, de se regarder pour se comprendre, chacun sentait de quoi l'autre avait besoin. Par exemple, Phong sentait que Bazile commençait à être malade et fatigué. A travers ses longs poils, on pouvait deviner ses yeux inquiets. Il stressait comme un fou, s'excitait dans tous les sens dès qu'on le séparait de Bazile.

C'était une relation étrange que personne ne nommait mais que chacun pouvait regarder avec tendresse et sourire.

Ce qu'on peut retenir de cette histoire, d'un tout petit qui commence sa vie et d'un très grand qui bientôt la finit, c'est que leur relation était simple, authentique et vraie ; Ils expérimentaient, sans le savoir, l'indispensable d'une relation :   

     Donner (quand Bazile laissait Phong manger dans sa gamelle),

     Recevoir (dans leur qualité de présence respective qu'ils voulaient bien se donner),

     Demander (quand Phong allait chercher Bazile pour sortir avec lui),

     Refuser (quand Bazile montrait les dents pour ne pas être dérangé),

Sans jamais craindre le rejet simplement parce qu’ils ne se posaient pas de questions. Leur règle d’or était : « Quand j’ai envie et comme j’ai envie » ! Il y avait juste un petit aboiement, un grognement tendre qui voulaient dire : « Tu sais, c'est moi Phong », « C'est moi Bazile » et c'était bien comme ça. 

Voir le site Internet : Ça créé la vie

RESTONS CONNECTÉS | Un blog pour diffuser la Méthode ESPERE®

Accompagnante en relation d'aide et formatrice, Anaïs Euverte a créé le Blog ESPERE en juin 2013 dans le but de faire connaître la Méthode ESPERE®.

Elle y présente les outils, les concepts de la Méthode avec une touche personnelle, puisqu'elle partage aussi son expérience. Outre l'objectif de faire mieux connaître la Méthode, elle a aussi créé cet outil pour permettre aux personnes de se relier régulièrement à la Méthode et de rester motivées dans la pratique. C'est pourquoi elle essaie de publier un article chaque semaine. Les personnes qui le souhaitent peuvent s'abonner à son blog pour recevoir ses articles : blog-espere.com.

Voir les sites Internet : Les chemins de la relation et Formation violence conjuguale

HUMOUR ET PLAISIR |Jacques a dit...

tl_files/infolettre/infolettre 7/Logo-banniere-Le-journal-de-Personne-photo-Personne-jouant-du-violon-en-contre-jour-soleil-ombre-chinoise-lejournaldepersonne-info-scenario-2.jpg

« J’ai rencontré votre collègue dans l’ascenseur… Jacques Salomé, c’est comme ça que vous l’appelez ?

Alouette méchante alouette !
Un garçon, si grand soit-il, redevient insignifiant lorsqu’il tombe sur une vraie garce, si petite soit-elle.
Toujours dans l’ascenseur, l’exigüité entre nous a créé une sorte de proximité… entre Jacques et Salomé.
Il m’a marché sur le pied… j’ai mal réagi… très mal réagi… c’est là qu’il m’a sorti sa belle théorie…

Que ce qui m’a mise hors de moi, ce n’était pas la douleur que je ressentais… mais une douleur qui vient de loin… de très loin… et qui ressurgit à chaque fois qu’on réappuie dessus… merci ! le dehors est dedans, je connais la chanson.
Selon votre voisin de palier, il existe six blessures archaïques… chacun a la sienne… par conséquent, je ne faisais rien d’autre qu’exprimer la mienne.
C’est vrai, je n’ai jamais supporté qu’on me marche sur les pieds. Et même si on me ramène quelques siècles en arrière… dans le jardin d’Eden auprès d’Adam je serai la même que moi-même. Je le traiterai d’abruti, de niais qui ne sait pas où mettre les pieds.
C’est mon côté fille révoltée…
Non, détrompez-vous, me dit votre alter ego… vous êtes tout simplement blessée… et en a profité pour me citer ses six glorieuses blessures :
– L’humiliation
– L’impuissance
– La trahison
– Le rejet
– L’abandon
– L’injustice
Je lui ai rappelé au passage que la science ne l’a pas attendu pour nous infliger déjà trois blessures narcissiques…
Galilée nous a appris qu’on n’était pas le centre du monde. Darwin qu’on avait des liens de parenté avec le chimpanzé, et Freud a bouclé la boucle affirmant que le Moi, n’était même pas le maître chez soi…
Ces blessures ont à mon goût un peu plus d’envergure que votre capitaine abandonné par sa mère, et qui ressent comme un malaise à chaque fois qu’une femme lui dit « Mets-toi à l’aise ».
En tant que généalogiste de mes propres dérives, je dirais, que pour ma part, je ne vois que deux blessures… tout le reste est littérature… L’injustice et l’injustice… la première parce que nous avons été chassés du paradis… et la seconde parce qu’on nous empêche de le reconstruire ou de le reconquérir…
Une injustice mais double et dans un seul verre que l’on peut boire d’un trait…
A ma santé… parce que j’ai toujours très mal aux pieds.
Ah ! ah ! ah !
Je me moque de lui, de vous, et de moi aussi. »

in Le journal de personne

Revenir