Infolettre 10 | 2016 : Et si résolution rimait avec responsabilisation…


ÉDITO | 2016 : Et si résolution rimait avec responsabilisation…

Je ne peux que vous souhaiter, seulement vous souhaiter...

Et formuler des vœux, car leur réalisation vous appartient ;

de vous respecter dans chaque instant de vie,

de vous entendre dans chaque décision,

de vous aimer dans chaque choix,

de vous respecter dans vos sentiments, dans vos contradictions,

dans chacun des gestes de votre quotidien,

dans les échanges et les rencontres,

dans l’imprévisible de l’existence ;

de vous respecter dans votre ouverture,

dans vos découvertes et votre quête,

dans vos errances et vos envols,

dans l’appel vers de nouvelles naissances ;

de vous accueillir dans vos possibles,

de vous dynamiser dans la transformation des rêves en projets ;

de vous respecter dans vos positionnements, dans chaque parole, dans vos messages ;

de vous rejoindre au plus profond dans ce que vous allez transmettre ou amplifier de vous en vous.

Et vous dire plus simplement que c’est dans ce respect vigilant de vous-même, dans la pratique fervente de votre cohérence interne, que vous grandirez et croîtrez.

Pour respecter le divin qui est en vous.

Pour aller dans le sens de votre vocation profonde qui est de tendre vers plus d’humanitude, vers plus d’amour et vers plus d’absolu.

Vous deviendrez alors des passeurs, des transmetteurs de vie, des artisans d’espérance, des levains de soleils, car vous allez rayonner plus vif que jamais.

Merci à vous d’oser tous ces respects de vous, et d’en prolonger les vibrations, les énergies et la lumière dans chacune de vos rencontres…

Jacques Salomé, Vous souhaiter… in « Lettres à l’intime de soi », Les éditions Albin Michel

ACTUALITÉS DU CA

Bien chers adhérents, futurs formateurs et en formation,

L'année 2015 a été rythmée par la continuité de notre travail et a permis à un grand nombre d'entre vous de vivre deux belles journées de colloque ESPERE. De plus, l’arrivée d’Anaïs Euverte, administratrice élue lors de notre assemblée générale du 12 juin 2015, a enrichi l’équipe du CA.

Des outils produits par les formateurs de formateurs ont été transmis aux formateurs, dont le document « Balises et repères principaux de la Méthode ESPERE® ». Un « Socle commun du contenu de la formation de formateurs » permet d’uniformiser la transmission de la Méthode ESPERE® et d’en assurer la pérennité. Les grandes valeurs de l’IEI ont été partagées et enrichies par vos commentaires, nous y avons ajouté les valeurs d’entraide et de bienveillance. 

L’année 2016 sera marquée par la mise à jour de notre site Internet et par l'utilisation accrue des technologies du Net, dont notre page Facebook. Vos nombreux commentaires d’amélioration seront pris en compte dans cette étape de renouvellement. Nous travaillons également à la mise en place de la formation continue réservée aux adhérents et nous poursuivons nos actions pour faire connaître la Méthode ESPERE® auprès du grand public.

Tel que transmis dans l’invitation de Maryse Legrand, 2016 offrira également l'occasion pour les adhérents de vivre deux journées de supervision animées par les formateurs de formateurs les 11 et 12 juin prochains. Comme vous le savez, le temps de supervision est l'occasion de confronter sa pratique avec des pairs ou un formateur de formateurs afin de compléter, de réajuster ses connaissances, de découvrir et de confronter des savoirs et des savoir-faire spécifiques à la Méthode ESPERE®. Pour vous y inscrire, il suffit de me faire parvenir votre intérêt par courriel : janinefortin2002@yahoo.ca.

En ce qui concerne la gestion du quotidien, comme chaque année, le renouvellement des adhésions et des contrats des formateurs en cours d’accréditation nous mobilise. Nous continuons à répondre régulièrement aux demandes et autres sollicitations qui nous sont adressées via le site Internet et la page Facebook par des adhérents ou internautes. Nous continuons enfin à lire et à valider les mémoires des formateurs en cours d’accréditation que nous recevons régulièrement.

Les grands évènements à noter pour cette année sont bien évidemment la préparation de l’assemblée générale du 11 juin, ainsi que l’organisation de la supervision pour les adhérents les 11 et 12 juin 2016 à Paris.

Je me joins au conseil d’administration pour vous souhaiter une belle et douce année 2016.

Janine Fortin, présidente de l’Institut ESPERE International, 10 janvier 2016

tl_files/infolettre/infolettre 7/Icone FB.png

CHRONIQUES DE JACQUES SALOMÉ | Les objectifs de la communication

Dans la revue Soleil-levant, Jacques Salomé démystifie les pseudo-communications habituelles et explique ce que pourrait être une communication vivante et en santé dans nos relations :

Toute tentative de communication devrait supposer un intention commune d’une mise en commun, à partir d’un partage entre deux ou plusieurs personnes.

Toute tentative en ce sens, peut avoir des objectifs explicites, connus ou qui vont se révéler au cours de l’échange mais peut receler aussi des objectifs implicites, cachés ou inavouables qui n’apparaîtront pas toujours à la conscience de l’un ou de l’autre des protagonistes. Par ailleurs il faudrait distinguer entre une communication qui se veut authentique (avec un souci de réciprocité dans la possibilité de se dire et d’être entendu) et ce que j’appelle une pseudo communication (ou communication avortée), qui est plus fréquente qu’on ne l’imagine. Il me paraît important d’aborder dans un premier temps les pseudos-communications afin d’en démystifier quelques-unes, avant d’aborder ce que pourrait être une communication plus réelle, plus vraie, c’est à dire plus satisfaisante pour les deux communicants. 

Quelques pseudos-communications habituelles 

La plus banale est la communication non décentrée, dans laquelle, celui qui est censé écouter et entendre, s’empare du discours de l’autre pour produire le sien en réduisant l’autre au silence.
> « Tu sais je suis très inquiet, ma mère est allée consultée et le médecin est resté très réservé, elle a peur d’avoir un cancer… »
> « Ne m’en parle pas, la mienne, se plaint toujours de quelque chose, quand ce n’est pas la tête, c’est le dos, tout dernièrement elle s’est à imaginer qu’elle avait la maladie d’ Alzheimer. »

Un autre type de pseudo communication, c’est la tentative consciente (ou inconsciente) de manipuler son interlocuteur. Quand l’un veut faire entrer l’autre dans ses désirs, son point de vue, lui « faire prendre conscience », veut le convaincre du bien fondé de sa position ou l’amener à adopter son point de vue.

Il y a également risque de pseudo-communication quand le discours, les paroles, le comportement de celui qui s’exprime, retentit très fort chez l’autre, au point du retentissement, c’est-à-dire de réactiver plusieurs phénomènes tels : > des réactions de fuite « oui, tu m’en as déjà parlé, ce n’est pas nécessaire d’aller plus loin ».                                          > d’induire une ironie, une banalisation « ah oui, mais tout le monde fait cela, ce n’est pas grave, tu ne vas pas en mourir ! »                                                                                                                                                                              > de déclencher de la colère ou une réaction disproportionné « mais qu’est ce que tu as à revenir toujours sur ce problème, tu ne pourrais pas l’oublier non ! »                                                                                                                      > un refus d’écoute, en réduisant l’autre au silence. « Avec toi c’est toujours le drame, on ne peut rien te dire, tu fais toujours des histoires avec rien, moi j’en ai assez de t’écouter, c’est toujours les mêmes conneries… »

TEXTE ORIGINAL |Chamailleries de fratrie

Chamailleries de fratrie

« Ils ont soixante-dix ans et plus, sont de la même fratrie.

Ils discutent, se disputent. Jour de repas de famille. La grande sœur le houspille, tout vieux cadet qu'il est.

Ce dernier entreprend de faire la cuisine. Elle rétorque : « Impossible ! Tu ne fais rien de tes dix doigts ! ». Mais ce têtu insiste. Il va le lui prouver qu'il sait se débrouiller !

Ils sont face aux fourneaux. Et alors elle le guette, le guette ou guette l’échec ?

Il commence à peine à préparer sa tâche qu’il entend qu’il est niais, qu'il ne sait pas s’y prendre. Mais buté comme il est, il persiste, continue.

Elle épie, elle surveille, elle commente chaque geste. Le choix du condiment, la quantité dosée. Il dit que ça ira. Elle dit que ça n’ira pas.

Il plonge la cuillère de bois dans la casserole de leur enfance. Elle y ajoute du sel, alors ça pique un peu. Il essaie de diluer. Les aigreurs sont tenaces.

La grande sœur supervise, faisant face à l’enfant que sa mère aimait tant.

Elle l’aime et le déteste. Il est du même sang, elle veut le protéger en rêvant de le gifler.

Tous deux dans la cuisine, ils rejouent leur histoire. Ils se battent le regard de celle qui est au ciel. 

C'était le préféré, le garçon adoré ! Ne jamais le critiquer, sa mère devenait mauvaise, toute prête à griffer !

Celle qui est arrivée en premier dans le nid, n'était qu'une petite fille, pas le bambin attendu. Et malgré les années, l'enfant devenue femme s'est toujours ressentie comme celle qui est rejetée. Elle a fait tant d'efforts pour remporter la palme ! Mais elle avait toujours un cheveu de travers, un mot trop déplacé pour celle qui était sa mère.

Cette femme est meurtrie d'avoir bien trop aimé celle qui l'a engendrée. Vouloir être reconnue alors que le plus petit la maintient dans son ombre.

Enfin, c'est bien ainsi qu'elle retrace leurs vies.

Alors au moindre prétexte, elle veut régler ses comptes. Montrer qu'elle méritait toute la reconnaissance de celle qui l'ignorait.

La partie est finie, la maman est partie.

Mais les peines sont tenaces. Les blessures non soignées suppurent pendant bien des années. Juste une petite casserole, les fumets de l'enfance remontent à la surface. Il ne faut pas grand chose pour faire tourner la sauce...

Anne Le Tennier Weyer

Voir le site Internet : L'Atelier Relationnel

PARUTIONS | Des ouvrages à lire ou à consulter

Contes pour être soi m’aime de Geneviève AbrahamTheBookEdition.com

Formatrice en cours d'accréditation, Geneviève Abraham a longtemps travaillé comme éducatrice spécialisée. Elle a commencé jeune un travail sur elle qui lui a permis de retrouver celle qu’elle était enfant, avec laquelle elle s'est réconciliée. En faisant cela, elle a retrouvé ses rêves, ses espoirs, ses tristesses, ses désirs... Elle souhaite à chacun de retrouver son propre chemin. Elle vient de publier son premier livre de contes pour adulte.

Commander le livre en noir et blanc

Commander le livre en couleurs

Voir le site Internet : Communication et créativité

Des choses à vous dire de Jacques Salomé, Éditions de l'Homme

tl_files/infolettre/10/Des choses a vous dire.pngUne année sous le signe de la nouveauté, de la paix et de l'harmonie relationnelle. C'est le chemin que nous invite à parcourir Jacques Salomé dans son nouveau livre « Des choses à vous dire » dont la sortie est prévue le 21 janvier 2016.

De l'amour à la vivance, de la beauté à la tendresse...

Ce florilège réunit des morceaux choisis tirés de l'œuvre de Jacques Salomé et dévoile, en une cinquantaine de thèmes, l'essentiel de sa pensée.

Au rythme de vos désirs ou de vos préoccupations, partez à la découverte de ce recueil superbe, véritable abécédaire des relations humaines.

Laissez-vous porter par la voix de l'homme, de l'amant, de l'amoureux, du fils, du père, du communicateur et du thérapeute. Imprégnez-vous de ses réflexions, qui sauront vous bousculer, vous apaiser ou simplement vous arracher un sourire.

Enfin, faites vôtres ses mots et devenez, à votre tour, celui ou celle qui a mille et une choses à dire ! 

Journal de bord d’une ESPERienne

par Maryse Legrand, secrétaire de l’Institut ESPERE International, 5 janvier 2016

 

Notre besoin de rêver en partage

La qualité d’une relation ne se décrète pas à coups d’injonctions volontaristes. Elle passe par des états particuliers que connaissent deux êtres quand la satisfaction de leurs besoins ou de leurs désirs se rencontrent, se rejoignent, s’ajustent, s’accordent au point de leur procurer l’agréable sensation d’être sur la même longueur d’ondes.

A contrario les dissonances et les couacs relationnels se jouent parfois à peu de choses : il suffit par exemple que l’un s’exprime dans le registre de l’imaginaire ou du rêve et que l’autre l’entende et réagisse au niveau pragmatique, réaliste, utilitaire ou matérialiste.

Jacques Salomé illustre ce genre de décalage qui peut se produire dans une communication de couple quand l’un des deux, dans un moment de rêverie éveillée s’exclame : « Je prendrais bien une année sabbatique ! » et qu’il s’entend brutalement répondre « Mais avec quoi on va payer le loyer ? »

Dans le même esprit, j’ai adoré cette anecdote rapportée par Pierre Rabih (agroécologiste, écrivain, invité des Matins de France Culture, le 11 décembre 2015 au moment de la COP 21) :

tl_files/infolettre/10/Pierre Rabih.png« Un ami vient m’aider à couper du bois. Voilà, on finit la journée, on est fatigués et puis on s’arrête tranquillement, y avait pas de tronçonneuse, etc., et il y avait un coucher de soleil absolument splendide, splendide, magnifique ! Vous voyez ce coucher de soleil plein de couleurs et le soleil rouge qui descend tout doucement à l’horizon comme ça, et il se trouve       - cerise sur le gâteau - que sur ce panorama se découpait un arbre, cet arbre magnifique avec ses ramures dénudées et ça faisait une espèce de je sais pas quoi, quelque chose d’absolument magique. Alors, je regarde, donc je suis en train d’admirer cela, silencieux et mon ami s’approche de moi parce qu’il sait pas trop pourquoi je suis comme ça. Je le prends par la main, je lui dis "Regarde !", il me dit "Y a au moins 10 stères !" [Rires] Vous imaginez le coup de marteau que j’ai reçu sur la tête. [Rires] »

Écouter le témoignage de Pierre Rabih en direct (à partir de 3 min. 40 sec.)

Histoires de vies, histoires de corps

tl_files/infolettre/10/Histoires de vies, histoire de corps.jpg

J'ai retenu, en ce début 2016, un formidable documentaire qui illustre la richesse et la puissance symbolique de la création.

Son auteure est photographe.

« Je veux, dit-elle au moment où elle entreprend ce travail, que cette nouvelle année commence par une belle chose. Symboliquement, il faut pour cela que je me débarrasse de ce qui m’alourdit depuis trop longtemps. »

Le temps de la création aura été pour elle « comme le symbole du temps qu’il [lui aura] fallu pour comprendre et dépasser le traumatisme, le temps des allers-retours entre moi et moi. »

Elle a réalisé son projet à partir de photos et de portraits sonores visant à questionner ses contemporains sur leur rapport à leur corps pour réhabiliter l’imperfection, réaffirmer l’identité de chacun identique à aucun autre. Elle a rencontré près de soixante personnes, en a retenu quinze au final, qu’elle a réunies au mois de juillet 2014. Leurs témoignages sont bouleversants de vérité et de profondeur. Son cheminement personnel courageux et exemplaire.

Cette brève présentation est une invitation enthousiaste de ma part à prendre le temps d’écouter ce reportage passionnant. Avec mes souhaits pour que cette nouvelle année commence aussi pour vous par une belle chose dont vous pourriez être l’auteur et le créateur.

Écouter le reportage

AUTOUR DE LA MÉTHODE ESPERE® | Quand le réactionnel fait place au relationnel

par Manon Turbide, formatrice en cours d’accréditation à l’Institut ESPERE International au Québec

Dans notre société qui roule à haute vitesse, où les standards de performance sont élevés,  il est possible que nous en venions à exiger de nous la quasi perfection dans toutes les sphères de notre vie, dont celle de notre rôle parental.

Vouloir « réussir » avec mon enfant devient un piège pour ma relation; en voulant garder l’image du « bon parent », je ne suis plus dans une relation d’accompagnement et de guide pour mon enfant,  et cela engendre des difficultés relationnelles me mettant moi, comme parent, ainsi que mon enfant, en grande difficulté.

Lorsque je me préoccupe d’entretenir la relation avec mon enfant, je prends en considération qu’il a, tout comme l’adulte, des besoins qui lui sont propres, des désirs, des croyances, des peurs, bref qu’il a SON univers d’enfant,  qu’il est une personne à part entière, différente de moi.

M’est-il possible d’entendre au-delà des mots, tous les comportements, les attitudes, les maux de mon enfant, comme des langages?  Oui… « tout est langage »! De quoi parlent ses gestes agressifs, son attitude nonchalante, ses cris?

Comment puis-je exercer mon autorité parentale tout en prenant soin de la relation avec mon enfant? Comment puis-je l’accompagner, sans exercer un contrôle sur lui? Comment éviter de tomber dans l’injonction, le chantage, la culpabilisation?

Nous verrons que malgré tout l’Amour que porte un parent pour son enfant, cela ne suffira pas pour qu’il développe son propre amour et sa propre estime de lui-même.

C’est par la qualité de la relation que je propose à mon enfant, qu’il arrivera à cultiver ces inestimables trésors.

Afin de rendre plus vivante et nourrissante la relation entre vous et votre (vos) enfants, je vous propose d’emprunter des sentiers relationnels plutôt que l’autoroute trop souvent fréquentée du réactionnel.

« Tout l’enjeu pour nous parents, est de permettre à l’enfant de grandir, de se différencier de nous et l’autoriser ainsi à nous quitter, à se séparer, à s’éloigner vers les risques et les émerveillements de la vie ». Jaques Salomé

Lieu d'intervention : www.oser-com.com 

La contacter : turma@live.ca

ÉVÉNEMENTS | Supervision pour les formateurs et praticiens ESPERE

Supervision proposée aux formateurs et praticiens ESPERE adhérents de l'IEI

Dates : 11 et 12 juin 2016

Organisée tous les deux ans, cette supervision est animée par l'équipe des formateurs de formateurs ESPERE. C'est une occasion unique et stimulante d’échanger sur nos pratiques, de mettre en commun nos expériences respectives et nos questionnements autour de la Méthode ESPERE®. Cela permet également de mieux nous connaître et de créer des liens, favorisant ainsi cohésion et cohérence dans la diffusion de cette approche, tant au niveau de ses contenus que de sa méthodologie. 

Inscrivez-vous dès maintenant !

CONTER LA METHODE ESPERE® | En 2016, Être ou Par-être… telle est la question

par Corinne Cyglerformatrice de formateurs en communication relationnelle selon la Méthode ESPERE® de Jacques Salomé

En 2016, Être ou Par-être… telle est la question

Depuis longtemps, règne Par-être. C’est quelqu’un de très fidèle… aux autres.

Il observe, scrute, attend, réfléchit aux attitudes à adopter pour plaire aux autres, par- être aimé, par-être approuvé.

Que ce soit en famille, avec ses amis ou au travail, il répond aux injonctions en tout genre avec un large sourire. Son image est un véritable sujet de conversation et les éloges affluent.

 « Toujours serviable et souriant en plus. C’est une crème, il est si gentil. On peut lui demander n’importe quoi. Tu peux toujours compter sur lui. Il dit toujours oui. Il est d’humeur égale. Il rend toujours service, lui. »

Tout va bien pour Par-être, il brille et se sent tout puissant.

A l’intérieur de lui, il existe Être, triste, malheureux fatigué, résigné, il se sent nié, agressé, oublié. Plus Par-être prend de la place et plus il se sent étriqué, étouffé, il n’arrive plus à respirer au point de tomber malade.

Et ce fut ce jour-là que la vie devint plus pénible pour Par-être.

C’était en période de fête, il s’était levé tôt, tout excité à l’idée de courir acheter des tonnes de cadeaux, d’élaborer des surprises qui les épateraient tous, il serait parfait et ferait  plaisir à tout le monde. Ce matin-là, il se sentait faible, fatigué, un furieux mal de tête s’empara de lui, ses jambes tremblaient et il avait une forte nausée.

Être s’exprimait en maux, il ne pouvait plus faire autrement. Par-être sentait hurler en lui une détresse qui l’affectait dans tout ce qu’il avait échafaudé.

Il entendait crier : « J’ai besoin d’être reconnu pour ce que je suis, j’ai besoin d’exprimer ce que je ressens, d’être entendu dans mes limites. Non, ce n’est plus possible d’être au service de l’autre, j’oublie qui je suis. »

Par-être faiblissait de plus en plus. Les désirs de plaire, d’être approuvé, de donner une bonne image tremblaient, ils sentaient leur toute puissance respective décliner.

Être osait dire avec des maux tenaces ce qu’il vivait depuis longtemps.

Ce jour-là, Par-être ne put acheter aucun cadeau, l’état de l’Être était si préoccupant qu’il avait peur, très peur.

C’est à ce moment-là qu’Être prit un miroir. Du plus profond de son cœur, il parla à Par-être. « Bonjour Par-être, je suis Être, je suis unique, sensible. J’ai besoin d’être vrai et authentique, je suis là. Je peux entendre tes peurs, les accueillir et même en prendre soin, et je te confie un secret : derrière toutes ces peurs se cachent des merveilleux désirs, et même des besoins relationnels essentiels à une vie vivante et pétillante. Je suis là, je peux apprendre à donner, recevoir, demander et refuser en acceptant le risque de la réaction de l’autre. Je te demande de me laisser m’exprimer. »

Ce soir-là, Être arriva à la réunion de famille sans cadeau, avec à la main un magnifique bâton en bois sculpté, un objet magnifique qui inspire le respect, le silence. Il prit une grande respiration et dit : « Ceci est un bâton de parole, c’est un objet précieux, essentiel à la communication, je le montre pour que chacun voit que j’ai besoin de m’exprimer et d’être entendu sans être interrompu. Je ne peux plus tricher avec moi-même. Pour être aimé, approuvé. J’ai soi-nié mon image et je me suis perdu dans un système que j’ai mis en place. J’ai collaboré à une représentation de moi que je ne supporte plus. Je souffre de ne pas me respecter de laisser la peur gouverner ma vie. Alors pour cette année 2016, je vais apprendre à dire OUI :

- Oui, pour prendre soin de mes besoins avant tout

- Oui,  pour écouter mes vrais désirs

- Oui, à dire ce que je ressens

- Oui, pour donner sans me déposséder

- Oui, pour demander en prenant le risque de la réaction de l’autre

- Oui, pour recevoir ce qui est bon pour moi

- Oui, pour dire NON quand ce n’est pas ok pour moi

- Oui, à être fidèle à mes convictions, mon rythme, à me positionner, m’affirmer, à prendre soin de ma vie. »

Par-être s’était endormi, Être sentait les douleurs fondre, son cœur sourire. La vraie vie naissait, enfin.

Voir le site Internet : Ça créé la vie

DES FILMS ET DES RELATIONS | Elle s'en va

Par Claire Richter, conseillère en communication relationnelle et formatrice à la Méthode ESPERE®

Certains films invitent au voyage de la Vie. À travers un scénario, des dialogues, des interprétations, nous amarrons pendant un instant à des ports inconnus, inédits, exotiques, étranges. L’occasion se présente alors de réfléchir sur soi et sur la relation que nous proposons à l’autre et à nous-même. Certains films laissent un sourire sur notre visage et invitent au partage. Cette rubrique pour partager avec vous les films qui me touchent, m’interrogent et m’interpellent. Ceux que je relie à ma pratique d’homo esperus.

Elle s'en va

tl_files/infolettre/10/Elle s'en va.jpgAvez-vous déjà eu envie de tout lâcher, de tout quitter, là, sur le champ, sans délai ni tergiversation ? Non par caprice mais par instinct de survie ? Parce que la coupe est pleine, qu’elle déborde et que ce que vous refusiez de voir jusqu’alors s’impose à vous subitement et violemment. Sans crier gare ce ressenti vous submerge et vous emporte tel une lame de fond. Puis la vague vous rejette sur le sable et vous ouvrez les yeux, pour la première fois depuis longtemps. Votre existence, la relation que vous entreteniez avec vous-même et les autres ne vous correspond plus, vous ressentez le besoin de tout lâcher et de partir loin, très loin, au plus près de vous-même. J’imagine que c’est ce que Betty a dû ressentir, le lendemain de cette fameuse soirée où elle apprend que son amant en a une autre. Debout dans la cuisine de son restaurant elle se dirige vers la porte de service, monte dans sa voiture et s’en va.

1) La relation à soi

Dans ce road-movie hexagonal la dynamique qui me touche le plus est celle du lâcher-prise. Betty décide de lâcher ce qu’elle essaie, en vain, de contrôler et va paradoxalement reprendre sa vie en main. Oui, elle décide activement de partir sans arrière-pensées ni pensées tout court, elle s’en va. Egoïsme diront certains, clairvoyance diront d’autres. La distance qu’elle improvise lui permet de créer l’espace dont elle a besoin pour se retrouver, même si ce cheminement n’est aucunement prémédité. Le chemin cela dit n’est pas sans heurts, il est parsemé des fantômes de son passé,  des relations essentielles qu’elle a délibérément laissées en friche et qui ne demandent qu’à être clarifiées. L’heure du grand débroussaillage est donc venue et son petit-fils va y jouer contre toute attente un rôle central.

2) Deuil et rêve de vie

Nous apprenons à demi-mot que Betty perd à 19 ans son amoureux dans un accident de voiture, en se rendant à un concours de beauté. Elle en ressort certes vivante mais pas indemne. Faute de savoir que le rêve de vie déposé alors sur cet homme ne se réalisera pas, elle enfouira la violence de cette séparation en elle. Le déni de cette blessure et de sa souffrance l’empêchera de s’allier à nouveau : avec son mari qu’elle trompera, avec sa fille qui ne l’intéresse pas, avec son petit-fils qui se souvient à peine d’elle. Plusieurs décennies après, alors qu’elle se rend au même rendez-vous, son corps lui rend un fier service et la lâche l’espace de quelques heures. Une seconde chance en quelque sorte que Betty accueille non sans mal.

3) Le possible, un petit pas juste après l'impossible

A travers les reproches de sa fille elle semble s’éveiller une seconde fois et la magie de la rencontre opère enfin. Loin de son quotidien, de ses soucis, son regard se fait neuf et se pose sur ce qui l’entoure. Sans un sou mais riche de la relation que les personnes autour d’elle souhaitent tisser avec elle, ce qui semblait impossible et impensable se produit. Betty répond à l’invitation de la Vie et si Jacques Salomé énonce avec lucidité que « nul ne sait à l’avance la durée de d’un amour », il appartient à chacun d’entre nous de se laisser surprendre et d’accepter la main tendue, et ce, quelque soit son âge.

Voir le site Internet : communication-to-go

RESTONS CONNECTÉS | Page Facebook de Jacques Salomé

tl_files/infolettre/10/Page FB Jacques Salome.pngSur la page Facebook de Jacques salomé sont partagées les dernières nouvelles de l'initiateur de la Méthode ESPERE® : publications, photos au gré des rencontres, vidéos, etc.

Voir la page Facebook : Jacques Salomé

HUMOUR ET PLAISIR | Des choses à vous dire...

À l'occasion de la sortie du livre de Jacques Salomé « Des choses à vous dire », une vidéo emprunte de sourire, de beauté et de tendresse a été réalisée. Découvrez-là !

tl_files/infolettre/10/Video livre.png


Pour la regarder sur YouTube : Jacques Salomé, « Des choses à vous dire »

Revenir